Selon l’analyste Chetan Sharma, le profit global des entreprises concevant des appareils sous Android aurait diminué de moitié durant l’année 2015. La faute, notamment, aux mauvais chiffres de Samsung mais également à la montée de Xiaomi avec ses marges très faibles.

twitter_dollars

Il semble bien que Xiaomi soit parti pour changer la face du marché des smartphones sous Android. En effet, l’analyste Chetan Sherma vient de livrer le bilan financier de l’année 2014 pour les entreprises qui conçoivent les appareils sous Android. Pour lui, le profit global de ces entreprises aurait connu une très forte baisse, la première de l’histoire d’Android. Il pointe notamment du doigt Samsung qui a connu tout au long de l’année des résultats exécrables à cause d’une division mobile totalement à la ramasse. C’est d’ailleurs pour cette raison que le géant coréen va davantage se focaliser sur les appareils milieu de gamme – à l’image des Galaxy A3, A5 et A7 – mais aussi réduire le nombre total de modèles.

L’autre fautif dans l’histoire, toujours selon l’analyste, serait Xiaomi. En effet, le géant chinois continue sa croissance folle en misant sur des prix de vente très faible et donc une marge tout aussi mince. Le constructeur est d’ailleurs passé récemment le 3ème constructeur au niveau mondial alors que l’entreprise n’est présente, officiellement, que dans une poignée de pays. On sait que son objectif, à terme, est de pouvoir proposer ses produits dans le monde entier, ce qui rehausserait alors le nombre de produits vendus et baisserait, mécaniquement, le profit global du marché des smartphones sous Android. Une conséquence néfaste pour les concurrents, avec des prix tirés vers le bas, mais également pour Google qui verrait une partie de son business partir en fumée.

En effet, si Google gagne de l’argent avec Android, c’est principalement par l’intermédiaire des services installés de base avec Android. Toutefois, la plupart des constructeurs chinois ne se basent pas sur Android mais sur AOSP qui n’intègre pas les services Google. Par exemple, par défaut, MIUI, l’interface de Xiaomi n’inclut pas le Play Store ou Gmail. C’est donc un manque à gagner pour Google. Et même lorsque les constructeurs se basent sur Android, l’argent dépensé par les utilisateurs sur le Play Store n’est pas si important que cela, puisque largement inférieur à l’argent récolté par Apple sur son App Store alors que le nombre d’iPhone en circulation est inférieur au nombre de terminaux sous Android.

Toutefois, le patron du fonds d’investissement Accel Partner modère les propos en indiquant que cette baisse de profit n’est pas un problème sur le long terme mais plutôt un changement des règles du jeu pour les acteurs en place. Selon lui, cela n’affectera pas le business des startups qui proposent des produits sous Android et qui sont de plus en plus nombreuses. Android ne serait donc plus réservé à une poignée de constructeurs qui définissent les règles du jeu mais à une multitude de petites entreprises. Ce qui compliquera donc la tâche de Google pour homogénéiser son écosystème.