Samsung nous a invités dans ses locaux pour prendre en main pour la première fois le Galaxy A7, le dernier représentant de la gamme Galaxy A. Nous avions déjà pu découvrir les Galaxy A3 et A5 lors du dernier CES. Ces derniers se présentaient comme des milieux de gamme d’excellente facture. Le Galaxy A7, lui, louche plutôt vers le haut de gamme. Voici nos premières impressions.

A7-7

Un design identique aux autres Galaxy A

Fondamentalement, le design du Galaxy A7 ne change pas réellement des Galaxy A3 et A5. Le Galaxy A7 est un smartphone très fin et particulièrement élégant. Comme ses petits frères, le Galaxy A7 fait la part belle au métal. Son cadre est entouré d’aluminium semblable à ce que l’on a déjà rencontré sur le Galaxy Alpha ou le Galaxy Note 4 et surtout sa coque arrière est entièrement en métal. Son toucher d’ailleurs très agréable lors de la prise en main, même si l’aspect de la coque peut encore faire penser à du plastique. Cette coque ne possède en effet pas l’apparence métallique typique et « brillant » de la coque du HTC One (M8) ou de l’iPhone 6 pour prendre exemple sur deux autres téléphones qui utilisent du métal dans leur design. L’ensemble rend toutefois très bien et on sent clairement que Samsung a fait un véritable effort sur les finitions. On est très loin de la coque arrière de qualité discutable du Galaxy S5.

A7-13

Le Galaxy A3, le Galaxy A5 et le Galaxy A7

 

A7-15

Les mêmes, de dos.

La principale particularité de design du Galaxy A7 tient surtout à sa minceur. Avec ses 6,3 mm, c’est d’ailleurs actuellement le smartphone le plus fin de Samsung. Une minceur qui impressionne et qui, associée à sa très grande légèreté (141 grammes), en fait un smartphone très agréable à prendre en main malgré la grande taille de son écran, de 5,5 pouces. Deux petits défauts viennent contrebalancer ce design soigné : les arêtes chanfreinées de la façade de l’appareil sont un peu coupantes et le capteur photo ressort légèrement de la coque arrière. Samsung a toutefois fait beaucoup plus attention aux finitions du point de vue de l’intégration de la prise jack et de l’appareil photo. Le capteur arrière a beau dépasser de la coque arrière, il est cerclé par contour en métal au bel effet et qui s’intègre parfaitement au design général de l’appareil. De même, la prise jack, située en bas, ne fait plus de bosse sur la coque, comme c’était là encore le cas sur le Galaxy Alpha ou le Galaxy Note 4.

A7-27

Du fait de sa minceur, la prise en main du Galaxy A7 est très confortable

A7-23

Le capteur photo dorsal dépasse de l’arrière de l’appareil

 

Un smartphone qui flirte avec le haut de gamme

Contrairement à la quasi-totalité des anciens appareils de Samsung, le Galaxy A7 (tout comme les A3 et A5) ne dispose pas d’une coque (et donc d’une batterie) amovible. Le Galaxy A7 embarque bien un port carte micro-SD (jusqu’à 64 Go) et sa trappe se trouve sur le côté droit, juste au-dessus du port carte nano-SIM. Et puisqu’on parle des tranches, les représentants de Samsung étaient plutôt fiers de nous faire remarquer que les boutons de volume et d’allumage sont eux aussi en métal et disposent des mêmes finitions impeccables que le reste du téléphone.

A7-19

À gauche du capteur, le flash LED, à droite l’unique haut-parleur.

 

A7-22

Le bouton physique central a été légèrement rétréci par rapport à celui du Galaxy S5

On le disait un peu plus haut, le Galaxy A7 est la déclinaison la plus haut de gamme de tous les Galaxy A. Le téléphone dispose donc à ce titre d’un écran Full HD de 5,5 pouces (en Super AMOLED, of course) avec un traitement Gorilla Glass 3, d’un processeur Exynos à huit cœurs cadencés à 1,8 GHz (certainement le même SoC que le Galaxy Alpha, un Exynos 5430) mais aussi d’un capteur photo arrière de 13 MP et d’un capteur photo avant de 5 MP. Ce capteur frontal devrait d’ailleurs être mis en avant dans la communication de Samsung sur les Galaxy A, puisqu’ils disposeront d’une palette complète de fonctionnalités pour réussir ses selfies. À ce titre, Samsung devrait réutiliser le Selfie Panorama du Galaxy Note 4, permettant de prendre trois photos différentes avec le capteur frontal puis de les assembler en une seule.

A7-20
A7-6

Sous le bouton de mise en marche se trouve le port microSD et le port carte nano-SIM

 

Sortie prévue en mars prochain

Smartphone milieu de gamme oblige, Samsung n’a inclus ni capteur d’empreintes digitales, ni cardiofréquencemètre et, c’est plus décevant, pas de Lollipop. Le téléphone sera livré avec Android en version 4.4.4. et le représentant de Samsung nous a affirmé, la main sur le cœur, la voix sûre en nous regardant droit dans les yeux  : « nous n’avons pas d’information sur la mise à jour vers Lollipop ». Soit.

A7-10

Le Galaxy A7 face au OnePlus One. Ils partagent globalement les mêmes largeurs et hauteurs.

 

A7-3

Des pochettes en faux cuir seront disponibles dès la sortie des différents Galaxy A. Ici celle d’un Galaxy A5.

On l’aura compris à la lecture de cette première prise en main, le Galaxy A7 est un très beau smartphone qui flirte avec le haut de gamme. Hélas, Samsung ne serait pas Samsung si son prix de vente n’était pas trop élevé par rapport aux autres smartphones de milieu de gamme. Samsung nous ainsi confié qu’il sera vendu « plus cher que le Galaxy A5 ». Et quand on sait que le Galaxy A3 est vendu 299 euros, que le Galaxy A5 est vendu 399 euros, il n’est pas nécessaire d’avoir fait de longues études de mathématiques pour compléter la suite. Le prix à payer pour disposer d’un design soigné ? Réponse avec le test, prévu en même temps que la sortie du téléphone, dans le courant du mois de mars.