Depuis plusieurs mois, les rumeurs s’enchaînent sur la fabrication du futur SoC d’Apple : qui fabriquera le composant ? La balle s’échange entre TSMC et Samsung et il semblerait bien que ce soit le géant coréen qui s’occupera finalement de la fabrication de l’Apple A9.

Apple A8

Si l’information se vérifie, les dirigeants de Samsung doivent se frotter les mains : selon les sources du site Re/code, la future puce Apple A9 qu’on trouvera dans les prochains iPhone serait fabriquée par le géant coréen. Actuellement, la puce Apple A8 utilisée dans l’iPhone 6 est fabriquée par TSMC sur un process de gravure en 20nm. Un énorme manque à gagner pour Samsung puisqu’Apple vend ses iPhone comme des petits pains si l’on en croit les derniers résultats financiers insolents de la marque. En récupérant la fabrication du SoC d’Apple, Samsung ferait donc rentrer beaucoup d’argent dans ses caisses via sa division semi-conducteurs.

On peut toutefois se demander pourquoi Apple choisirait Samsung à la place de TSMC alors que la marque à la pomme cherche à se débarrasser le plus possible d’une dépendance avec son plus grand concurrent. Plusieurs hypothèses sont envisageables. Tout d’abord, il est possible que TSMC soit légèrement en retard sur son process 16nm puisque le fondeur pense avoir des volumes de commandes importants courant 2016 avec quelques clients à partir du 3e trimestre 2015.

Autre hypothèse, la volonté de mettre Samsung dans une position délicate en monopolisant les usines de production du géant coréen pour la fabrication de l’Apple A9. Ainsi, Samsung aurait plus de mal à fabriquer ses Exynos qui seront cette année extrêmement importants puisque la société a vraisemblablement décidé de se passer de Qualcomm suite aux problèmes rencontrés par le Snapdragon 810. En tout cas, si l’information s’avère, on peut penser que le choix d’Apple n’a pas été dicté par des contraintes techniques puisque même si les noms sont différents, les process 14nm et 16nm se ressemblent énormément dans les faits.

Les deux sociétés sont donc dans une position étrange : elles se concurrencent sur tous les fronts mais ont finalement besoin l’une de l’autre pour parvenir à leurs objectifs.