Avec une part de marché estimée à moins de 4 %, Samsung serait sur le point de quitter le marché nippon. En cause, la très grande popularité de l’iPhone 6 et la préférence des Japonais pour leurs constructeurs nationaux.

samsung logo

Ce n’est pas une grande nouvelle, Samsung est en perte de vitesse depuis l’année dernière. Le Japon, en particulier, s’est révélé comme l’un des pires marchés pour le Coréen, qui songe désormais à s’en retirer. C’est ce qu’affirme le toujours très bien renseigné Business Korea qui a tiré les vers du nez d’une source de Samsung. Selon elle, la part de marché des smartphones sur le territoire japonais a énormément souffert ces dernières années de la popularité de l’iPhone et de la préférence des Japonais pour leurs marques nationales. Ainsi, alors que Samsung occupait environ 17 % du marché en 2013 il ne représentait que 4 % des ventes de smartphones sur l’archipel en décembre dernier. Samsung prendrait aujourd’hui selon Business Korea la sixième place des plus importants vendeurs de smartphones au Japon, derrière Apple (premier), Sony (second), Sharp (troisième) ou encore Fujitsu. Apple aurait ainsi vu ses parts de marché augmenter de 20 à 30 % à la fin de l’année dernière avec la sortie de l’iPhone 6 et de l’iPhone 6 Plus.

part de marche smartphone japon 2014

 

Les parts de marché des smartphones au Japon depuis mai 2014. Source : Counter Point Research

La situation serait telle que Samsung ne gagnerait actuellement plus d’argent sur le marché nippon et pourrait même lui en faire perdre à l’avenir. Samsung réfléchirait donc à sortir d’un Japon peu friand de ses produits. Dernier exemple en date de la désaffection des Japonais pour les appareils de Samsung, le Coréen a lancé le Galaxy Note Edge — un appareil très avant-gardiste et destiné aux technophiles — sur le territoire japonais en premier. Il ne s’en serait vendu qu’une dizaine de milliers en quatre mois. Un échec. Il est possible que les ventes du futur Galaxy S6 décident du sort de la branche mobile de Samsung au Japon.

Ce n’est pas la première fois que Samsung rencontre des problèmes sur le territoire japonais. En 2007, alors que Samsung était le plus gros vendeur de télévisions au monde, le Coréen a dû quitter le marché japonais à cause de ventes catastrophiques. Sa part de marché était en effet inférieure à 0,1 %. Un scénario identique ne serait pas improbable pour la branche mobile.