Alors que les Galaxy S6 se vendent extrêmement bien partout dans le monde, le Japon est l’un des rares pays à le bouder. Et ce, malgré la décision de Samsung de retirer toute mention de sa marque sur ses téléphones.

galaxy s6 japon

Le Japon n’aime décidément pas les produits de Samsung. Selon le Korea Times, les ventes de Galaxy S6 et de Galaxy S6 Edge se sont révélées très décevantes pour le constructeur coréen. Selon le cabinet d’étude japonais BCN, qui établit chaque semaine un top des meilleures ventes de smartphone au Japon, les deux Galaxy S6 n’ont jamais réussi à détrôner Apple et ses iPhone de la tête des ventes. Lors de la première semaine de vente au Japon, comprise entre le 20 et le 26 avril, le Galaxy S6 Edge est parvenu à atteindre la place de 10e smartphone le plus vendu sur l’archipel alors que le Galaxy S6 se classait 17e. Un début encourageant, mais qui n’a pas été suivi la seconde semaine puisque le Galaxy S6 Edge s’est classé durant la semaine du 27 avril au 3 mai 26e, tandis que le Galaxy S6 prenait la 30e place. Durant ces deux semaines de ventes, le classement des iPhone n’a pas changé : non seulement l’iPhone 6 a conservé sa première place, mais en plus Apple est parvenu à maintenir six de ses modèles dans le top 10 des ventes de smartphone japonais.

Cette désaffection pour les produits de Samsung s’explique d’ailleurs essentiellement par l’attrait des Japonais pour la marque à la pomme, mais aussi certainement par leur méfiance envers les produits coréens et la Corée du Sud en général, pays avec lequel le Japon entretient des relations tendues. Pour le Galaxy S6, Samsung avait pourtant tenté de faire profil bas. Pour le lancement de ses deux nouveaux téléphones, Samsung avait en effet pris soin de retirer la marque Samsung de ses S6 (en illustration de cette news) pour ne garder que la dénomination Galaxy, plus populaire. Une stratégie qui n’a pas (ou mal) fonctionné.

Si l’échec du Galaxy S6 se confirme au Japon, cela pourrait peut-être inciter Samsung à quitter le marché japonais, où il ne représentait que 4 % de part de marché en décembre dernier. Une hypothèse que semblait déjà envisager Samsung en février dernier après avoir constaté les faibles ventes du Galaxy Note 4 et du Galaxy Note Edge.