Meizu aurait décidé d’arrêter la fabrication et la commercialisation du MX4 Pro, le téléphone de la marque utilisant le SoC Exynos 5430 de Samsung. En cause : la somme mise sur la table par le concurrent MediaTek cette semaine pour aider Meizu à devenir un constructeur plus important en Chine et à l’international.

Meizu MX4 Pro (8 sur 16)

Plus tôt dans la semaine, on apprenait que MediaTek avait investi dans le fabricant Meizu pour un montant non dévoilé. On avait alors imaginé que le contrat pouvait comporter une clause d’exclusivité qui empêcherait, à terme, Meizu d’utiliser des puces autres que celles de MediaTek dans ses smartphones. Il semblerait que cette clause soit bien présente et que la décision ait été prise plus rapidement que nous l’imaginions. En effet, selon une réponse (retirée depuis) apportée par le fabricant sur sa page Facebook turque, la fabrication du MX4 Pro, flagship du constructeur, vient d’être arrêtée et l’entreprise chercherait à se débarrasser des stocks qu’elle a sur les bras.

C’est pour cette raison que le MX4 Pro profiterait de promotions en Chine où il serait vendu environ 50 dollars de moins que son prix habituel depuis quelques jours. Pourtant, le smartphone est seulement commercialisé depuis le mois d’octobre dernier. En plus du deal avec MediaTek, les rumeurs parlent depuis quelques jours d’une sortie imminente du futur MX5 équipé d’un Helio X10 (MT6795) et qui serait dévoilé le 30 juin prochain. Meizu préparerait donc l’arrivée du successeur du MX4 Pro. Toujours est-il que le MX4 standard – équipé d’une puce MediaTek – semble toujours en production.

A lire sur le sujet : Notre test du Meizu MX4 Pro

Cette affaire pourrait être dommageable pour Samsung qui a du mal à vendre ses SoC Exynos à des constructeurs tiers. Meizu était, à notre connaissance, le seul constructeur (hors Samsung) à avoir opté pour un SoC Exynos cette année. Il faut remonter en 2012 pour trouver les traces d’un smartphone Lenovo équipé d’une puce Exynos. Samsung se prive donc à son insu des revenus liés à la vente de ses SoC, une activité pourtant très rémunératrice.