Dans l’affaire qui oppose Nvidia à Qualcomm et Samsung, le géant vert a subi un nouveau revers. En effet, sa demande de réexaminer l’interdiction d’importation des produits violant ses brevets n’a pas été acceptée. Il reste tout de même encore une étape en février prochain.

NVIDIA-crop-circle

Nvidia avait demandé à l’ITC d’interdire la vente des terminaux de Samsung qui violaient, selon l’entreprise, ses brevets. En octobre, la justice donnait raison au géant coréen en précisant que Samsung ne violait pas les brevets de Nvidia, à l’exception d’un seul, qui a été invalidé puisqu’il n’était pas lié à une innovation par rapport aux brevets déjà connus lors de son dépôt par Nvidia. Mais Nvidia ne voulait pas en rester là, et a demandé à l’ITC de revoir sa position. La justice vient de répondre officiellement, à travers une décision de l’ITC en date de lundi dernier. L’organisme maintient sa décision initiale de ne pas interdire la commercialisation des appareils Samsung aux États-Unis. Nvidia pourrait faire appel de cette décision.

Mais tout n’est pas perdu pour Nvidia, puisque l’entreprise avait poursuivi Samsung pour obtenir un dédommagement. La justice est censée rendre son verdict plus tard, d’ici quelques mois, voire quelques années. On émet toutefois des doutes sur une issue favorable pour Nvidia, au vu de la décision de l’ITC. De plus, Samsung a contre attaqué en 2014 en tentant de faire reconnaître des violations de brevets de la part de Nvidia et en essayant de faire interdire la vente des produits de Nvidia sur le sol américain.