Le lancement de Samsung Pay n’est pas encore tout à fait complet, mais s’appuie sur deux marchés moteurs pour son succès. Il n’empêche : le service de paiement mobile perd de l’argent.

samsung-pay

Samsung Pay, le système de paiement mobile de Samsung, souffle ce mois-ci sa première bougie. Déployé initialement en Corée du Sud, ce service basé sur la technologie MST (Magnetic Secure Transmission) a peu à peu ouvert le champ des pays concernés, mais aussi des terminaux compatibles. C’est notamment le cas des Galaxy A5 et A7 2016, dotés de capteurs d’empreintes digitales, mais aussi de la nouvelle génération Galaxy S7/Galaxy S7 edge. Côté pays, les États-Unis ont vu Samsung Pay débarquer en septembre 2015 (avec 19 organismes financiers compatibles), et il est également prévu au Royaume-Uni et en Espagne, de même qu’en Australie, au Brésil et à Singapour, tandis que son lancement chinois est prévu en ce mois de mars.

En septembre dernier, soit juste avant l’arrivée de Samsung Pay aux USA, on parlait déjà des transactions réalisées par le biais du service mobile en Corée. Samsung affirmait alors que 30 millions de dollars avaient été dépensés. Ce chiffre, depuis, a été largement dépassé, puisque l’on parle aujourd’hui de 500 millions de dollars de transactions réalisées par le biais de Samsung Pay, pour 5 millions de comptes créés.

Mais comme l’indique le média coréen ET News, le dernier rapport financier de SamsungPay Corporation, qui résulte du rachat de la start-up spécialisée LoopPay en février 2015, au prix de 229 millions de dollars, fait état de pertes financières importantes. Pour un chiffre d’affaires de 4,12 millions de dollars, ce sont 16,8 millions de dollars que Samsung indique avoir perdus en 2015. Une période pendant laquelle Samsung Pay ne faisait que ses débuts, avant un déploiement plus large espéré cette année. Ce qui n’empêche pas Samsung, dans ce même rapport, de considérer son système de paiement comme un moteur d’achat important pour ses smartphones, quand bien même Samsung Pay ne concerne qu’une faible partie du marché.

À lire : LoopPay a été piraté par des hackers chinois

Il se dit toutefois chez les analystes locaux que le Coréen compte surtout sur son système de paiement pour récolter des informations sur les habitudes de consommation de ses clients, ce qui lui permettrait d’affiner ses stratégies marketing ou R&D à l’avenir.