Comme à son habitude, iFixit a désossé le dernier-né de Samsung afin de vérifier s’il était facile à réparer. Spoiler alert : non, il ne l’est pas.

samsung-galaxy-s7-teardown-ifixit

Le célèbre spécialiste de la réparation d’appareils électroniques, iFixit, a passé au crible le Samsung Galaxy S7, dont la sortie est officiellement fixée à ce vendredi. Le nouveau porte-étendard sud-coréen a ainsi été démonté pièce par pièce afin de dévoiler ses plus profondes entrailles. Son prédécesseur avait été gratifié par le même site d’une note de « réparabilité » de 4 sur 10. Arrivera-t-il à faire mieux ?

Un enfer à démonter

Mettons immédiatement fin à ce suspense insoutenable : non, le Galaxy S7 n’est pas plus facile à réparer que le Galaxy S6, bien au contraire. Étanchéité oblige, la note de « réparabilité » du GS7 attribuée par iFixit est donc de 3 sur 10. Outre des pièces solidement collées, certaines d’entre elles s’entremêlent, ce qui oblige par exemple de devoir retirer la façade avant et la LED de notification avant de pouvoir accéder au… port USB. Malheureusement, cette manipulation se fait à grands risques et iFixit, pourtant composé de professionnels en la matière, affirme que détruire l’écran au cours de cette intervention est probablement inévitable. Autrement dit, si vous voulez changer le port USB de votre téléphone, prévoyez également une dalle QHD.

Outre l’écran, l’une des chirurgies les plus souvent pratiquées sur un téléphone consiste à changer la batterie. En l’occurrence, celle-ci peut être accessible sans avoir à retirer la carte-mère, ce qui est une bonne nouvelle. En revanche, la quantité d’adhésifs et de colle maintenant les pièces entre elles est telle que son accès est réservé aux plus déterminés.

Aucune surprise du côté des composants

Pour ce qui est des nombreuses puces embarquées, on ne s’étonne pas de trouver diverses marques, que ce soit Qualcomm pour certains transmetteurs ou capteurs, STMicroelectronics pour l’accéléromètre, ou Murata pour le module WiFi. Enfin, on retrouve également sans surprise de la mémoire UFS de fabrication maison.

samsung-galaxy-s7-caloduc-teardown-ifixit

Le fameux système de refroidissement quant à lui se limite à un caloduc de moins d’un gramme pour moins d’un demi-millimètre d’épaisseur. Celui-ci a pour but d’évacuer la chaleur du processeur en la redirigeant vers le châssis métallique de l’appareil, où elle pourra « rayonner dans l’air… ou dans votre main ».