Si les qualités du Galaxy Note 7 sont indéniables, Samsung se voit tout de même critiqué dans son pays natal. La raison ? Une application préinstallée qui n’est pas du goût de tout le monde.

samsung-gamaxy-note-7

La semaine dernière, Samsung dévoilait son Galaxy Note 7, nouveau fleuron haut de gamme qui servira de tête d’affiche au constructeur pour tout le second semestre 2016. Avant même sa sortie, c’est déjà un succès pour le géant coréen qui se targue déjà d’avoir enregistré des précommandes record. Pourtant, la grogne monte également en parallèle.

Gouvernement 3.0

Le Korea Herald rapporte que Samsung a rajouté l’application Government 3.0 à la liste des applications préinstallées sur le Galaxy Note 7. Développée par le gouvernement coréen, cette application est proposée à l’utilisateur lors du premier démarrage, ce qui n’est pas du goût de Green Consumer Network, un groupe civique local qui juge que « le gouvernement fait pression sur les consommateurs en les forçant à utiliser un service indésirable ». L’opposition ne s’est pas fait prier pour commenter le sujet, évoquant « une astuce sournoise pour promouvoir la propagande du gouvernement en se servant de la popularité du smartphone ».

À lire sur FrAndroid : Prise en main du Samsung Galaxy Note 7, la nouvelle référence à grand écran

Samsung s’est défendu sur ce point en précisant que l’option d’installation peut être ignorée, et même supprimée après coup si le besoin s’en fait ressentir. De son côté, le gouvernement coréen s’est également exprimé en rappelant que Government 3.0 ne prend que 1,2 Mo d’espace disque et « sera bénéfique aux utilisateurs en fournissant des services souvent utilisés par le public comme des services de fiscalité ou de délivrance de documents publics ».

Ce que l’histoire ne précise pas, c’est la liste des autorisations demandées par l’application pour fonctionner.