Plusieurs consommateurs américains ont rempli des plaintes contre Samsung ces derniers jours à cause de l’affaire des Galaxy Note 7 explosifs. Un recours collectif a été lancé par trois d’entre-eux dans le New Jersey.

note-7

Après l’arrêt des ventes de Galaxy Note 7, Samsung pensait peut-être se reposer le temps d’un instant, ne serait-ce que pour se remettre des 17 milliards de dollars que va lui coûter l’affaire des smartphones explosifs. C’était sans compter sur les consommateurs américains qui — contrairement aux Chinois qui restent fidèles à la marque — se retournent contre Samsung Electronics Co Ltd aux États-Unis.

Ainsi, trois clients se sont réunis pour un recours collectif rempli le 16 octobre dans la cour fédérale de Newark, au New Jersey. D’autres clients au Nevada, Pennsylvanie et Californie pourraient rejoindre l’action de groupe face à Samsung par la suite.

 

Quelles sont les accusations ?

Les clients américains reprochent au géant coréen de leur demander de ne plus utiliser leur téléphone flambant neuf alors qu’un terminal de replacement ne leur a été proposé qu’après des jours — voire des semaines — d’attente. De plus, les consommateurs ayant demandé un étalement du paiement au constructeur ou aux opérateurs paient encore leur Note 7 inutilisable à la fin de chaque mois.

Samsung Electronics America n’a pas souhaité commenter le litige en cours.

samsung-judge

Une réputation à se refaire

Le fiasco autour du smartphone aura aussi terni l’image de la marque, notamment avec la révélation des conditions de travail des employés asiatiques. De plus, l’entreprise a déjà prévu de perdre 2,5 milliards de dollars entre les premiers retours du Note 7 et les colis explosion-proof pour les versions dites « sûres ». Cependant, Samsung semble vouloir tout faire pour récupérer la confiance de ses clients en faisant tout son possible pour identifier au plus vite l’origine du problème de ses batteries, quitte à retarder l’annonce du Galaxy S8.