Samsung est ciblé par une class action en Corée du Sud, à cause des Galaxy Note 7 explosifs. C’est le troisième recours collectif contre Samsung, après une class action aux États-Unis et l’idée d’un recours collectif qui germe dans la tête de certains consommateurs en France.

samsung-galaxy-logo

Samsung est la cible d’une action de groupe (ou class action) dans son pays d’origine. Le cabinet coréen Harvest Law a ainsi déposé un recours au nom de 527 acheteurs de Galaxy Note 7, pour les défauts de fabrication de celui-ci pouvant entraîner son explosion. Le cabinet réclame 500 000 wons par plaignant, soit environ 400€ par personne en dommages-intérêts.

 

Une action de groupe de plusieurs milliers de personnes ?

Le cabinet a indiqué que plusieurs centaines de plaignants par jour rejoignaient leur action de groupe contre Samsung. Peter Koh, un des avocats du cabinet s’attend même à ce qu’ils représentent jusqu’à plusieurs milliers de plaignants dans cette affaire. Pour lui les dommages et intérêts sont clairement justifiés par le temps pris par les opérations de rappel, l’obligation d’acheter un nouveau smartphone dans l’impossibilité de se servir de celui-ci, ainsi que l’interdiction d’embarquer sur des vols internationaux.

 

Une action également en cours aux États-Unis

Pourtant, malgré ce recours collectif en Corée contre Samsung, le plus grand danger qu’il encourt n’est peut-être au pays du matin calme. En effet, la marque doit également faire face à un autre recours collectif aux États-Unis, dans l’état du New Jersey. Dans cette affaire, les plaignants réclament également des dommages & intérêts et s’estiment lésés par un smartphone qu’ils ne peuvent pas utiliser, mais doivent encore payer à leur opérateur.

 

Pas de recours en France, pour le moment

Pour l’instant, il n’existe pas d’action de groupe en cours en France contre Samsung. Cependant, l’association UFC Que Choisir à récemment lancé un appel à témoin dans le but d’en savoir plus sur les problèmes rencontrés par les utilisateurs (informations, prise en charge, remboursement, etc.). Si cela ne présage en rien d’une future action, on ne peut que constater que l’affaire du Galaxy Note 7 n’en finit pas de révéler de mauvaises nouvelles surprises à destination de Samsung.