D’après un journal coréen, Samsung réfléchirait à une nouvelle commercialisation des Galaxy Note 7 retournés, après un reconditionnement.

samsung-galaxy-note-7-review-video

On pensait le smartphone définitivement mort et enterré, toute cette histoire de Galaxy Note 7 qui s’enflamment derrière nous, mais finalement, il bouge encore le bougre ! D’après de nouvelles rumeurs publiées par The Investor et reprise par The Next Web, Samsung réfléchirait actuellement à remettre en vente son smartphone.

Il s’agirait en fait d’exemplaires reconditionnés dont le fabricant se serait assuré du bon fonctionnement. D’après le site, Samsung n’aurait pas encore pris sa décision, mais une remise en vente au début de l’année 2017 serait probable.

 

Peut-on vraiment y croire ?

La motivation de Samsung dans l’affaire serait bien sûr d’essayer de vendre des produits probablement fiables, cette fois, et essayer de récupérer un peu de sa mise dans ce qui semble un gouffre financier dans ses résultats trimestriels.

Après tout, le fabricant a dû financer la campagne marketing, la conception et la fabrication du téléphone ainsi que la campagne de communication pour les deux rappels et les procédures de rappels elles-mêmes qui incluaient notamment des boites d’expéditions ignifugées très coûteuses.

boite-retour-galaxy-note-7

Malgré cela, il serait très étonnant que Samsung souhaite à nouveau commercialiser ce téléphone. La marque et le nom associés sont entachés, l’appareil est toujours interdit par certains opérateurs ainsi que la plupart des compagnies aériennes. Enfin, la marque devrait à nouveau dépenser de l’argent en communication pour un terminal dont elle ne sera pas sûre du succès commercial, et cela quelques mois avant l’annonce du Galaxy S8.

Pour couronner le tout, si la remise en vente était faite et qu’un appareil s’avérait défectueux, ce serait alors fatal pour la marque auprès du grand public, mais aussi des autorités.

Même en imaginant un prix de vente plus bas et un changement de nom pour le modèle, on a tout de même un peu de mal à y croire, non ?