Samsung pourrait remettre en vente son Galaxy Note 7 avec batterie réduite afin d’écouler ses derniers stocks. Un moyen de rentrer dans ses frais et de préserver la planète.

Article mis à jour le 22/02/2017 :

Interrogé sur le sujet par un média local, Samsung India a nié toute remise en vente d’une version reconditionnée du Galaxy Note 7 dans le pays. Aucune déclaration officielle n’a cependant été émise concernant les autres pays mentionnés dans la rumeur d’origine. Rappelons également que cette opération a déjà été évoquée à de multiples reprises, par des sources plutôt fiables.


Article originel (21/02/2017) :

Après ses déboires fin 2016, nombreux sont ceux qui imaginaient que le Samsung Galaxy Note 7 était désormais mort et enterré, laissant le champ libre au futur Galaxy S8+. Il semblerait cependant que le constructeur coréen soit têtu et veuille se débarrasser de ses derniers stocks.

Rappel de l’histoire

Peu de temps après sa commercialisation, le Galaxy Note 7 a présenté de nombreux cas d’explosion, créant un climat d’insécurité auprès des acheteurs. Samsung a rapidement réagi en proposant une version modifiée, le Galaxy Note 7s, censé régler le problème. Un rappel à 1 milliard de dollars.

L’histoire aurait pu s’arrêter là, mais ces nouveaux modèles se sont montrés tout aussi dangereux, obligeant Samsung a retirer une nouvelle fois sa phablette de la vente. Cette fois-ci, définitivement.

Troisième tentative

Définitivement ? Pas vraiment selon Hankyung. Le média coréen affirme effectivement que Samsung pourrait lancer une troisième version de son Galaxy Note 7, avec une batterie réduite à 3000 ou 3200 mAh au lieu des 3500 du modèle d’origine et une nouvelle coque, ce qui devrait régler les problèmes. Cette nouvelle mouture serait terminée en mai pour une commercialisation en juin, mais serait, toujours selon la même source, essentiellement réservée à l’Inde, au Vietnam et aux marchés émergents.

Il est vrai que proposer à nouveau un Galaxy Note 7 dans les pays les plus fortunés à trois mois seulement du possible lancement du Galaxy Note 8 ne serait pas des plus pertinents, d’autant que l’image de marque du téléphone, si ce n’est de la marque au complet, a été largement écornée.

Une volonté double

Cette remise en vente permettrait à Samsung d’écouler les 2,5 millions de Galaxy Note 7 restant après ses tests de fiabilité effectués sur 200 000 unités. Cela épongerait alors une partie du déficit engendré par la catastrophe industrielle que représente la phablette, mais éviterait également au constructeur d’avoir à payer la taxe gouvernementale qui pèse sur sa tête comme une épée de Damoclès s’il ne se débarrasse pas proprement de ses smartphones défectueux. Il faut dire que les déchets engendrés par les smartphones en général commencent à être une question préoccupante. Le Japon a d’ailleurs prévu d’en recycler une partie d’ici 2020 afin de fondre les médailles des Jeux olympiques.

À lire sur FrAndroid : Samsung Galaxy Note 7 : de son annonce à sa mort, chronologie d’une catastrophe industrielle