La catastrophe du Galaxy Note 7 continue de laisser des marques et certains cherchent encore un responsable à blâmer. Une guerre qui fait s’affronter Samsung à… Samsung.

En janvier, Samsung révélait les détails techniques expliquant les explosions du Galaxy Note 7. C’est donc confirmé depuis le début de l’année, les batteries du téléphone étaient en cause dans ces incidents. Samsung Electronics cherche donc à compenser ses pertes et demande un dédommagement à ses fournisseurs, à savoir ATL et… Samsung SDI ! Il s’agit cependant pour le moment de discussions à l’amiable et aucune action en justice n’a été intentée.

Selon The Investor, Samsung SDI ne serait toutefois pas d’accord sur le montant réclamé par sa société-sœur. Ayant elle-même subi une perte de 926,3 milliards de wons en raison de la catastrophe du Note 7, Samsung SDI souhaiterait que Samsung Electronics réduise sa demande, se reposant sur les liens étroits entre les deux sociétés.

Les sources de The Investor affirment que Samsung SDI aurait déjà mis de côté 95 milliards de wons (près de 80 millions d’euros) afin de rembourser les dommages causés par ses batteries. Une faible somme en comparaison des pertes essuyées par Samsung après le fiasco de sa tablette et du coup du rappel.

En attendant que les deux firmes trouvent un accord, la demande de Samsung Electronics a été mise en pause, et cela ne l’a pas empêché de faire à nouveau appel à Samsung SDI pour fournir les batteries de son futur flagship, le Galaxy S8.

À lire sur FrAndroid : Samsung Galaxy Note 7 : de son annonce à sa mort, chronologie d’une catastrophe industrielle