Samsung serait une nouvelle fois en charge de la fabrication du prochain SoC haut de gamme de Qualcomm, et se serait réservé les premiers exemplaires.

Keith Kressin (Qualcomm) et Ben Suh (Samsung) présentent le Snapdragon 835

Le scénario du début de l’année 2017 pourrait se répéter en 2018 si l’on en croit un nouveau rapport cité par SamMobile, un site spécialisé sur l’actualité de Samsung. Comme le Snapdragon 835 cette année, Samsung serait en charge de la production du Snapdragon 845, le prochain SoC haut de gamme qui sera intégré aux flagships sous Android en 2018.

Pour être capable de suivre la demande du Samsung Galaxy S9, prévu pour le début de l’année 2018, la marque aurait réservé les premiers exemplaires produits. Cela pourrait conduire à une pénurie de la puce pour les autres fabricants de smartphones. C’est ce qui s’était produit avec le Snapdragon 835 et qui avait forcé HTC et Sony à sortir leurs téléphones avec plusieurs mois de retard, et LG à intégrer une puce d’ancienne génération au LG G6. Huawei n’était pas concerné par le problème, puisque le fabricant chinois utilise ses propres puces Kirin.

Pour rappel, le prochain Samsung Galaxy S9 devrait, comme chaque année, intégrer une puce Samsung Exynos en Europe, mais le fabricant utilise des puces Qualcomm Snapdragon pour les régions avec des réseaux mobiles CDMA comme les États-Unis ou la Chine.

Pour éviter que cette situation ne se répète chaque année, plusieurs fabricants cherchent à développer leurs propres puces. C’est notamment le cas de Sony, mais surtout de Google, qui a recruté il y a peu l’un des ingénieurs derrière les puces d’Apple, réputées pour leurs performances.

À lire sur FrAndroid : Sans Snapdragon 835 ni Galaxy S8 : Samsung a-t-il tué le MWC 2017 ?