Près de 6 milliards d’euros. C’est le montant qu’a accepté Sharp pour son rachat par Foxconn, marquant l’ouverture de cette entreprise japonaise à une firme étrangère.

Sharp_Head_Office

La rumeur courait déjà depuis le mois de janvier, puisqu’il était question d’une somme d’environ 5 milliards d’euros. Foxconn, l’un des poids lourds de la fabrication de smartphones, proposait, pensait-on, cette somme à Sharp en vue de son rachat. La marque japonaise, connue notamment pour ses technologies d’écrans, intéressait également des fonds d’investissement nippons, qui lui auraient permis de ne pas passer aux mains d’une marque étrangère.

Le fournisseur d’Apple, Hon Hai Precision Industry, connu sous le nom de Foxconn, est aujourd’hui parvenu à ses fins. C’est ce qu’annonce le journal japonais Nikkei, indiquant que le montant de la transaction s’élève à 700 milliards de yens, soit environ 5,6 milliards d’euros qui permettront à Foxconn de détenir deux tiers des parts de l’entreprise. Sharp, précise la publication, a préféré l’offre taïwanaise à l’injection de 300 milliards de yens à ses finances, et à un crédit de 200 milliards de yens.

Foxconn est actuellement connu comme le constructeur des iPhone d’Apple, mais aussi comme le fabricant d’appareils sous licence, telle la tablette Nokia N1. L’acquisition du spécialiste des écrans, situé sur le podium de ce marché, permettra notamment à Foxconn de mieux rivaliser avec Samsung, qui en reste le leader. Avec l’intégration de Sharp, Foxconn devrait être mieux à même de négocier les prix, mais aussi d’anticiper la demande et, surtout, grâce à l’argent qu’il a injecté dans l’entreprise nippone, de booster ses innovations, notamment dans le domaine des écrans mobiles.