La rumeur courait depuis quelques jours, voulant que Sony travaille sur une montre connectée dont le bracelet comme l’écran soient conçus en e-paper. C’est bel et bien le cas, puisque le Nippon est à la tête de la firme FES, laquelle a financé une campagne de crowdfunding pour une montre de ce type.

FES

Après enquête, le Wall Street Journal en est sûr : c’est bien Sony qui se cache derrière FES, la société ayant développé une montre tout en e-paper financée par le biais d’une campagne de crowdfunding. Il s’agit plus précisément d’une sous-division du géant de l’électronique nommée d’après l’acronyme de « Fashion Entertainments » lui permettant, toujours d’après les sources de nos confrères, de tester en toute discrétion des technologies innovantes.

Et des idées, FES ne semble pas en manquer. En septembre dernier, il dévoilait un déroutant nœud papillon connecté capable de changer de couleur comme d’imprimé à la demande. On vous laisse admirer le résultat ci-dessous :

Lien Youtube
Chaine Youtube FrAndroid

Si l’on peut douter de la bonne santé mentale des équipes de FES à la consultation de cette vidéo, on constate du moins sa maîtrise des formats les plus originaux conçus en e-paper. Sa montre, la FES Watch, a d’ailleurs remporté un succès honorable sur le site de financement participatif japonais Makuake, où la montre a récolté 2,8 millions de yens au lieu des 2 millions demandés, soit un peu moins de 19 000 euros fournis par 140 backers. FES croit en son succès puisqu’une seconde campagne, qui durera encore 90 jours, a été lancée. Elle vise à réunir 1 million de yens (6700 euros) dont les trois quarts ont déjà été récoltés. Son petit poids de 50,6 grammes, son boitier épais de 7 mm et son autonomie de 60 jours associés à son design décalé semblent donc séduire quelques technophiles et curieux, prêts toutefois à dépenser environ 165 euros.

FES Watch

Si la FES Watch apparaît essentiellement comme un prototype visant à étudier la viabilité d’une montre misant sur l’encre électronique, elle n’est pas vouée à tomber aux oubliettes. Makuake indique en effet que ses backers recevront leur produit d’ici le mois de mai 2015. Quant à Sony, il aura là matière à imaginer l’intégration, pourquoi pas, d’éléments en e-paper à de futurs produits. Une manière de pousser un peu plus loin sa première expérience menée avec le SmartBand Talk, ce tracker d’activités lui-même équipé d’un écran e-Ink.