Nous ne rentrerons pas dans les détails des nouveaux modèles de téléviseurs de la marque nippone, puisque Sony en a présenté 12. Néanmoins, nous avons passé du temps avec la nouvelle interface Android TV, basée sur Android 6.0 Marshmallow, qui équipe ses appareils.

c_CES-FrAndroid-DSC08413

En 2015, je n’arrivais pas à trouver l’intérêt d’acheter une TV équipée d’Android. Pourquoi ? Les modèles Philips et Sony que l’on a testés dans notre labo proposaient une expérience poussive, les interfaces étaient lentes et l’OS était instable. Pour ma part, j’ai plutôt investi dans une NVIDIA Shield Android TV, qui propose des contenus 4K. Pour le CES 2016, Sony a présenté 12 nouveaux modèles 4H UHD avec une nouvelle version d’Android TV, bien mieux intégrée.

Lien Youtube
Chaine Youtube FrAndroid

Pour avoir été plutôt intéressé par ce segment de produits, je m’étais plongé dans les dizaines de références qui existent sur le marché. Ce marché… est plutôt complexe. Chaque constructeur possède de nombreuses gammes, avec des tailles d’écran différentes.

c_CES-FrAndroid-DSC08398

Côté design, Sony a simplifié ses gammes : les modèles dotés d’enceintes sur les côtés ont disparu, tandis que la plupart des produits ont adopté une allure similaire avec un pied central et un amincissement général. Sachez tout de même que l’épaisseur maximale de ces TV, à la base du TV où se loge l’électronique, affiche seulement 3,6 centimètres. D’ailleurs, sur la photo ci-dessous, vous remarquez la finition qui a été apportée aux côtés.

c_CES-FrAndroid-DSC08403

La télécommande a pas mal évolué, même si je trouve le design assez sommaire, elle intègre désormais des boutons dédiés au Google Play. Mais ce n’est pas le plus important. En effet, on retrouve désormais un microphone directement intégré, ainsi que le bouton « Discover ».

c_CES-FrAndroid-DSC08406

Elles renferment de nouvelles fonctions inédites. En effet (par exemple), la fonction vocale peut être utilisée dans n’importe quelle source. Si vous regardez la TV en TNT, vous pouvez à tout moment effectuer une recherche sur Android TV, et même lancer des requêtes liées aux fonctions de la TV : « Passer sur le HDMI 2 ». Pour l’avoir essayé, c’est plutôt utile pour passer d’une source à une autre.

c_CES-FrAndroid-DSC08409

Sony a également introduit la « Content bar », que l’on peut faire apparaître avec le bouton Discover sur la télécommande. Ce menu permet d’accéder à des applications et contenus contextuels, à tout moment. C’est une intégration poussée que j’ai trouvée particulièrement efficace.

c_CES-FrAndroid-DSC08411

Terminons pour les technologies d’écran. En fonction de la gamme sélectionnée, on remarque de nettes différences. Elles possèdent, néanmoins, toutes en commun un processeur vidéo X1 avec une capacité de calcul associée au traitement 4K X‑Reality Pro et la compensation de mouvement MotionFlow XR800 (800 Hz avec dalle native 100 Hz).

c_CES-FrAndroid-DSC08417

Sur les modèles que nous avons vus, il y avait également la fonction Dynamic Contrast Enhancer qui permet de proposer une luminosité importante dans les zones de brillance, ainsi que beaucoup plus de contraste (pour un écran LED). Tout ça, nous avons pu l’observer sur les TV exposées, avec les vidéos d’exemple. Des conditions d’affichage optimales, il faudra tester tout ça dans les conditions normales : avec un flux IPTV dans un salon mal éclairé.

Tous ces modèles devraient sortir dans nos contrées, tout le long de l’année. Il faudra attendre les tests de laboratoire poussés pour pouvoir vous les recommander chaudement, ou pas.

Retrouvez toute l'actualité du CES 2016 →