Comme régulièrement, le Japon doit panser ses plaies après des séismes survenus ces jours derniers. Et cela se caractérise aussi par une activité économique qui tourne au ralenti, à l’image de Sony Corporation qui doit restreindre l’activité de deux usines de fabrication de capteurs CMOS.

Sony_old_headquarters_in_Gotenyama,_Oct_2005

Les 14 et 16 avril derniers, deux importants séismes ont secoué l’île de Kyushu, au sud-ouest du Japon, faisant plus de 40 morts et plus de 1000 blessés. Comme souvent depuis l’épisode Fukushima, chaque tremblement de terre sur l’archipel japonais fait craindre pour les centrales nucléaires du pays, mais les récents évènements ne semblent pas avoir eu d’impact à ce niveau.

Deux usines de capteurs touchées

On apprend en revanche que des usines de Sony Corporation ont été touchées par ces secousses de magnitude 6,5 et 7,3 sur l’échelle de Richter. Il s’agit de fabriques de capteurs CMOS pour smartphones, comme on en retrouve sur presque tous les smartphones haut de gamme puisque Sony représente 40 % de ce marché.

Exif_JPEG_PICTURE

Sony a indiqué hier à l’agence de presse Reuters que la première usine a fermé pour une durée indéterminée, certainement courte, tandis que la seconde a partiellement suspendu ses activités. La firme n’a pas communiqué sur d’éventuels délais de livraison pour les capteurs photo, mais certains retards dans la conception de mobiles pourraient se faire ressentir un peu plus tard dans l’année pour certains constructeurs. Samsung a par exemple indiqué que ce désagrément n’aurait aucun impact sur sa propre production grâce à la diversification de son approvisionnement.

Des dégâts importants en 2011

Lors du tragique tremblement de terre de 2011, aux conséquences catastrophiques, Sony avait également dû fermer ou partiellement suspendre les activités d’une dizaine d’usines. Si certaines n’ont fermé que quelques jours, d’autres ont dû rester closes un bon moment.

C’est le cas de l’usine de fabrication de semi-conducteurs de Shiroishi, situé à quelques dizaines de kilomètres au nord de Fukushima, qui n’avait pu relancer ses activités qu’à partir de la fin août 2011.

8ido18000002pnyf