Le Sony Xperia XZ1 Compact pourrait être le retour d’un format désirable : le smartphone haut de gamme de petite taille. Sony fait malheureusement preuve d’un certain conservatisme sur l’intégration de son écran 4,6 pouces : à l’heure des smartphones à écran « borderless », le compact a-t-il encore sa place ? Peut-être qu’il devrait justement la redéfinir.

Le retour du compact haut de gamme

L’annonce des Sony Xperia XZ1 et XZ1 Compact suscite un mélange d’excitation et de déception. Nous sommes plutôt ravis de voir Sony renouer avec une déclinaison compacte sur le haut de gamme. On garde un excellent souvenir des Z1 et Z3 Compact, d’excellents terminaux qui faisaient très peu de sacrifices technologiques par rapport à leurs grands frères respectifs. Alors que les autres constructeurs commençaient à segmenter leurs gammes, réservant souvent les caractéristiques haut de gamme aux modèles les plus volumineux, le Z1 Compact était un Z1 presque sans compromis : un écran de 4,3 pouces 720p contre 5 pouces en Full HD et une batterie un peu plus modeste, mais la même puce, le même appareil photo et la même étanchéité.

Sony Xperia Z3 Compact...

Ah, le Sony Xperia Z3 Compact…

Reconduite avec les Z3 puis Z5, la formule a marqué un coup d’arrêt ces dernières années. Le dernier smartphone de « petite » taille du japonais était le Xperia X Compact, pas un mauvais terminal, mais un milieu de gamme. Que Sony revienne sur sa stratégie est une bonne nouvelle.

Un Compact pas si compact

Comme on le notait lors de la fuite des visuels des nouveaux « flagships », il y a tout de même un truc qui cloche avec le design de ces terminaux : il fait du surplace depuis 2013. En soi, Sony a le droit de faire preuve de conservatisme. Il est tout de même dommage de voir les « grands » constructeurs aller vers des écrans (presque) sans bordures… Et Sony rester sur les mêmes ratios et nous livrer un smartphone « compact » finalement pas si compact que ça. Ou en tous cas, un peu décevant par rapport à ce qu’on pourrait attendre en 2017.

Récemment, on a vu un LG Q6, certes plus haut de gamme, mais réussissant à caser un écran 5,5 pouces dans un format contenu, grâce à l’usage du format 18/9e. Sans aller jusqu’à ce format proche de la phablette – ce n’est évidemment pas le but – on peut imaginer que rogner sur les bordures, voire lâcher le 16/9e, aurait permis de monter au-dessus des 5 pouces sans compromettre l’encombrement du smartphone.

LG Q6

LG Q6 : un smartphone borderless pas trop encombrant

La réduction des bordures d’écran que l’on constate depuis le début de l’année, et que l’on va continuer à observer, remet à plat la question de la taille des smartphones. Cela profite évidemment aux modèles géants, comme les récents LG V30 ou Samsung Galaxy Note 8, qui peuvent ainsi demeurer plus confortables à une main, mais aussi aux diagonales plus modestes. Or celles-ci n’intéressent visiblement plus beaucoup de constructeurs sur le haut de gamme, mais c’est le cas de Sony !

Et pourquoi pas un tout petit smartphone borderless ?

Et il est frustrant de constater ce potentiel inexploité, dans un sens comme dans l’autre d’ailleurs. Car, quitte à aller sur le terrain du compact et rester sur une diagonale de 4,6 pouces en 16/9e, imaginez le petit bijou que pourrait être un appareil « borderless », ou presque, de cette taille ! Il pourrait approcher l’encombrement en poche d’un iPhone SE (en parlant de design daté), et proposer pour la peine quelque chose de réellement unique aux utilisateurs allergiques aux grands formats sans vouloir sacrifier sur les caractéristiques techniques. Mais peut-être que cela induirait d’autres sacrifices.

En l’état, le Sony Xperia XZ1 Compact devrait malgré tout trouver son public : il a de toute façon peu de concurrents directs sous Android et la première prise en main du smartphone s’avère prometteuse.