Les soldes d’été sont l’occasion de faire quelques bonnes affaires, parfois même excellentes. Dans le domaine des smartphones, on trouve certains modèles – ce matin, le Wiko Rainbow Jam 4G – à moins de 50 euros. Faut-il se lancer sans hésiter ?

wiko sunset 2

Le Wiko Sunset 2

C’est la vente flash la plus intéressante de la matinée : un Rainbow Jam 4G de Wiko à moins de 50 euros. Un tout petit prix pour un smartphone d’entrée de gamme, évidemment bien loin des standards d’un Samsung Galaxy S7 ou d’un LG G5.

Qu’attendre d’un tel modèle ?

À moins de 50 euros, les offres sont rarissimes, même chez une marque telle que Wiko, spécialisée dans les smartphones d’entrée de gamme et, pour les plus perfectionnés, de milieu de gamme. Pour un prix équivalent, on trouve essentiellement des smartphones produits par des marques chinoises au support indigent dans nos contrées, type Doogee, THL ou Landvo. Leurs caractéristiques sont généralement un peu plus perfectionnées que celles de smartphones de marques établies en Europe (on y trouve des écrans HD, Lollipop et le support souvent partiel du réseau 4G français), mais la question du service après-vente est problématique.

rainbow-jam-4G

Le Rainbow Jam 4G

Quant à Wiko, il propose un tout récent Sunny à 59,90 euros, mais limité à un écran qHD de 4 pouces, au support du réseau H+ et animé par un petit SoC MediaTek MT6580 adossé à 512 Mo de RAM. 

Des caractéristiques datées, au regard de ce que proposent désormais les smartphones d’entrée de gamme facturés quelques dizaines d’euros supplémentaires, lesquels embarquent 1, voire 2 Go de RAM et un hardware plus puissant. On comprend mieux pourquoi la vente flash de ce matin, proposée par Rue du Commerce, a vu ses stocks partir comme des petits pains. Elle permettait en effet d’obtenir un Rainbow Jam 4G – compatible LTE, comme son nom l’indique – pour 49 euros, avec un écran HD de 5 pouces, un SoC certes Snapdragon 210 et 1 Go de RAM. Des caractéristiques bien loin des standards du haut de gamme, mais néanmoins complètes pour ce tarif.

 

Quels usages et limites pour de tels mobile ?

À moins de cinquante euros, mieux vaut ne pas être trop exigeant en termes de fonctionnalités et de suivi. Chez Wiko comme chez ses concurrents, les terminaux les moins onéreux sont souvent les moins bien suivis en termes de mises à jour (voyez notre dossier consacré au sujet), et Marshmallow n’est qu’un lointain mirage pour la plupart d’entre eux. Un point d’autant plus important que certaines applications peineront à tourner sous de vieilles versions d’Android. C’est toutefois l’occasion de tester à moindre frais l’installation de ROM et autres modifications logicielles, sans crainte d’y laisser des plumes.

Toujours dans le domaine des limites, on note que la plupart de ces terminaux sont dotés d’anciens SoC MediaTek souvent à la peine au niveau du GPS : c’est donc un point à prendre en compte pour qui souhaiterait n’utiliser son appareil à bas prix que comme GPS hors-ligne, par exemple en voiture.

Reste que pour 50 euros, on imagine pléthore d’usages basiques, de la télécommande pour objets connectés au sein de la maison à l’équipement d’un enfant sans besoins importants.

À lire sur FrAndroid : Autour de 50 euros, quels smartphones sont disponibles ?