Xiaomi se veut conquérant ces derniers temps et tente aussi bien de s’imposer chez lui avec le lancement fracassant du Mi 5, qu’à l’international avec l’annonce récente du Redmi 3 en Inde. Malgré ses efforts, le constructeur chinois n’arrive pourtant pas à concurrencer Apple sur la péninsule indienne.

xiaomi-india-website

L’India Times a en effet publié ce jeudi les résultats d’une étude menée par IDC sur les parts de marché de la téléphonie mobile. Il s’avère que ce mois-ci, la firme a la pomme à la sixième position de ce classement, faisant ainsi descendre Xiaomi à la septième position. Ce constat est visible sur les 30 plus grandes villes du pays, ce qui représente environ 51 % du marché du smartphone en Inde, et se veut d’autant plus remarquable que les villes sont grandes.

idc-parts-smartphones-inde-2016

Malgré ce dépassement en bas de tableau, les principaux revendeurs restent bien à l’abri de cette petite guerre. On retrouve ainsi Samsung en première position avec près de 30 % des parts de marché, suivi de loin par le Micromax local avec 14,7 % et Lenovo avec 10,1 %. Arrivent ensuite Intex (8,2 %), Lava (7,1 %), Apple (4,6 %) et Xiaomi (3,5 %).

Comme toujours avec Apple, ces chiffres restent à relativiser. En effet, la société de Cupertino se veut résolument premium et ne vend que des smartphones à un prix très élevé pour l’Inde, contrairement à ses concurrents. Aussi, sur les segments des téléphones à plus de 20 000 roupies (environ 270 euros), Apple détient plus de 42 % des parts de marché, ce qui est très révélateur de l’intérêt porté à l’iPhone dans le pays. Les analystes expliquent que cela est dû au lancement des iPhone 6 et 6s et de la baisse de prix conséquente des iPhone 5s et 6, ce qui a permis à certains de s’offrir leur précieux smartphone.

L’Inde semble être un nouvel El Dorado pour ces constructeurs qui ne se sont lancés à l’assaut du pays de Gandhi que très récemment. Xiaomi est arrivé sur le territoire en 2014, tandis qu’Apple vient tout juste d’y entrer. Il faut dire que l’Inde devrait être le deuxième marché en termes de ventes derrière la Chine d’ici à 2017 selon certains analystes.