Le Grand S Flex ne suivra pas le destin de certains appareils ZTE qui, passé le stade de la présentation, n’ont jamais trouvé le chemin des revendeurs. La marque chinoise annonce en effet l’arrivée de son smartphone en France à un prix attractif, puisqu’il propose une connectivité 4G à179 euros.

ZTE Grand S Flex

Le Grand S Flex aura fait montre de patience, ayant été annoncé au printemps 2013 et commercialisé à l’automne dernier dans certains marchés européens, dont l’Espagne ou la République Tchèque. Le responsable de ZTE France, William Chhao, nous avait confirmé l’arrivée de cet appareil au grand format 5 pouces en France, sans date précise. Il aura donc fallu six mois pour que l’appareil se fraye un chemin jusqu’à l’Hexagone, à un tarif prometteur de 179 euros, soit 199 euros auxquels il faut soustraire une offre de remboursement de 20 euros (chez Ingram Micro Mobility). 

Avec son grand âge dans le milieu de la téléphonie mobile – il soufflera bientôt sa première bougie – le Grand S Flex souffre d’un handicap d’emblée : il est disponible sous Android 4.1.2 Jelly Bean, à l’heure où l’on parle plus de KitKat que de bonbons gélifiés. Pour le reste et pour son tarif, il ne démérite pas avec un écran LTPS HD (1280 x 720 pixels) d’une diagonale de 5 pouces, un appareil photo de 8 mégapixels à l’arrière et, pour profiter de la 4G (toutes bandes de fréquences françaises), un processeur Qualcomm MS8930, soit un Snapdragon 400 que l’on voit encore un peu partout chez les smartphones 4G de milieu de gamme, en double-cœur et cadencé à 1,2 GHz. Il est couplé à 1 Go de RAM et à une mémoire de stockage de 16 Go malheureusement non extensible, ce qui constitue l’un des points faibles du smartphone. On relèvera également des dimensions de 144,5 x 70,9 x 8,9 mm plutôt imposantes, mais pour un poids limité à 146 grammes.

L’arrivée du ZTE Grand S Flex, même tardive (mais aussi probablement assortie d’un prix moins ambitieux que l’an dernier, dans d’autres pays) répond à une tendance actuelle qui voit arriver sur le marché des smartphones 4G à moins de 250 euros voire, comme ici, à moins de 200 euros. On pense notamment à des marques telles que Wiko, dont le Wax devrait prochainement arriver (sous Nvidia Tegra 4i), mais aussi à Archos et son 50 Helium ou encore à Kabam, qui nous promet des tarifs très agressifs sur ce secteur. Les autres marques asiatiques ne devraient pas tarder à apporter leur réponse 4G, avec par exemple la sortie de l’Ascend G6 de Huawei à moins de 250 euros ; pour ZTE, le principal défi pour rester dans la course sera non seulement celui du positionnement tarifaire, mais aussi celui des mises à jour logicielles.