L’arrivée des montres connectées de LG et Samsung ont ouvert la voie à une catégorie particulière du Play Store : les applications Android Wear. Sont-elles vraiment faites pour les montres, et utiles dans notre quotidien ?

LG G Watch

Voilà maintenant plusieurs jours que notre rédaction utilise la LG G Watch et la Samsung Galaxy Gear, que ce soit dans notre vie professionnelle ou dans le cadre de notre vie privée. Si comme toutes montres qui se respectent, ces deux-là fournissent l’heure, elles ont des fonctionnalités bien plus poussées. Nul besoin de revenir dessus puisqu’elles ont été présentées en long, en large, et en travers lors de la Google I/O ou grâce à des teasers qui ont précédé l’événement. Celui-ci a pourtant donné le coup d’envoi aux développeurs d’applications, qui les adaptent maintenant à l’utilisation d’un minuscule écran accroché à nos poignée.

Elles sont maintenant une quarantaine, de manière officielle, à pouvoir être couplées à nos terminaux, avec plus ou moins d’utilité. Concernant un smartphone, il est prouvé que la plupart des utilisateurs ne se servent que de quelques applications de manière régulière. Il est donc temps de faire un tour d’horizon des possibilités liées aux applications Android Wear, et aussi de jauger leur réel intérêt bien que, comme vous le constaterez, il est bien facile de tomber dans la critique sans être particulièrement réac’.

 

La montre en elle-même

Les montres connectées sont un véritable réceptacle de notifications. La fonction vibration de celles-ci est peut-être la caractéristique la plus banale, mais aussi la plus importante. Si une notification peut passer inaperçue avec un mobile coincé dans la poche d’un jean ou au fond d’un sac, il faudra mettre de la mauvaise volonté pour ne pas avoir à la consulter après une vibration sèche dans le poignet. À moins que l’action de notre récit ne se situe le week-end, entre 22h et 6h. Les plus réticents y verront une manière séduisante de toujours plus nous connecter, et ils n’auront pas forcément tort. De courte expérience, on se sent très obligé de lire la notification dès réception.

LG_G_Watch_500

Il faut d’ailleurs savoir que les notifications de n’importe qu’elle application compatible ou non – pour peu qu’elle affiche des pushs sur votre téléphone, les affichera également sur la montre. Notez tout de même que via l’application Android Wear permet de choisir de quelles applications vous souhaitez – ou non – recevoir les notifications.

 

Consulter ses mails

La consultation de mails est au début assez étonnante. Si la première version apportait un aperçu des mails reçus, la dernière mise à jour permet de les lire en entier en les faisant défiler. Les espaces ne sont pas pris en compte, et le mal de crâne peut vite arriver. Finalement, la consultation s’avère bien plus intéressante si on a la possibilité de le faire sur son téléphone, et l’on peut commander l’ouverture directement depuis la montre. La notification sur la montre permet en fait de juger d’un coup d’œil de l’importance d’un mail. On peut également répondre vocalement aux mails, mais ce n’est très franchement pas pratique. La commande par la voix trouve son véritable (et seul ?) intérêt pour des consignes courtes.

L’application de messagerie Cloud Magic est arrivée sur Android Wear. Elle permet exactement les mêmes choses que Gmail, et n’est finalement qu’une alternative à la messagerie de Google. Un simple outil de consultation rapide.

 

Consulter ses SMS, et y répondre

Pour qui n’a pas le temps de se servir de son téléphone, la consultation des messages sur la montre est une alternative franchement sympathique, à condition que vous ne soyez pas en train de conduire ou que vous n’ayez pas un ami qui vous envoie des messages trop longs. On se retrouve face à la même problématique que pour les mails : les messages courts seront les seuls à n’être pas désagréables à lire. Hangouts permet de répondre par des messages préenregistrés, ou en dictant une réponse vocalement. Là, on commence à trouver de l’intérêt. Il faut par contre savoir que si vous ouvrez le message sur votre smartphone, celui-ci s’efface directement de la montre.

Hangout

Hangouts

 

Recevoir ses appels

La consultation des appels trouve un sens particulier avec la montre connectée. Déjà, si l’appel arrive sur la montre, nul besoin de laisser sans cesse la sonnerie de son téléphone. Et ceux qui oublient souvent de désactiver le mode silencieux pourront être un peu plus disponibles pour leurs contacts. Mais plus que cela, l’application permet aussi de choisir de répondre ou non. Bien sûr, le reste de l’action se passe ensuite sur le téléphone. Des applications ont déjà été mises au point pour nous aider dans ses tâches : Contacts+ et Talkray. Ici aussi, elles sont surtout des alternatives aux applications des constructeurs ou de Google, mais n’apportent rien de plus pour le moment.

 

Essayer de cuisiner, ou faire ses courses

Allthecooks est la première application du genre à faire son entrée sur Android Wear. Et on se doute que l’adaptation de l’application sur un format transportable au poignet est partie de l’idée : il faut avoir les deux mains libres. L’application permet de choisir, par exemple, une recette sur son téléphone, et d’afficher la marche à suivre sur les deux appareils. On imagine qu’il peut être utile dans certains cas de simplement switcher d’une étape à l’autre sur sa montre, pour que s’affiche la bonne étape sur le téléphone pendant que l’on cuisine durement. On doute quand même de l’utilité de cette fonctionnalité.

Allthecooks

Allthecooks

Mais Allthecooks a un deuxième atout dans son escarcelle, et c’est certainement celui qui nous intéresse le plus. L’application permet de faire des listes de courses, et de cocher les éléments récupérés directement depuis sa montre. Et c’est vrai qu’il n’est pas forcément pratique d’avoir son mobile à la main pendant que l’on court à travers les rayons. Cette fonctionnalité peut réellement être utile. Enfin parfois.

 

Faire du sport

C’est évidemment un des leitmotiv des montres et bracelets connectés : s’en servir comme tracker d’activité. La montre va afficher toutes les données dont vous aurez besoin – du moins sur Runtastic -, et permet même de mettre en pause la course ou de la stopper. En plus d’éviter que l’on ne pose notre sueur sur le terminal, elle permet de se débarrasser d’une tâche contraignante. Si tout est contrôlable depuis la montre, c’est aussi bien. À classer parmi les essentiels.

 

S’orienter

L’orientation sur montre connectée n’est pas une mince affaire. Encore une fois, le petit écran ne permet pas de se sentir tout à fait à l’aise avec un itinéraire. Mais au-delà de cela, l’application Google Maps est plutôt bien fichue, si l’on met de côté le fait que l’application ne peut être lancée que par la voix sur la montre. On préfèrera quand même s’orienter avec l’écran d’un mobile, qui permet de changer l’angle de vue et la perspective. On attendra des mises à jour pour s’en faire une idée plus poussée.

Maps

Maps

Faire des achats

Payer avec sa montre faisait partie des arguments primordiaux pour l’utilisation d’une montre connectée, lors de la présentation d’Android Wear. Effectivement, pour peu que le mobile ait les données bancaires enregistrées, il est vraiment facile de payer avec une montre. Testée sur l’application Fancy, l’impression qui en ressort, c’est que son intérêt peut être remis en cause. De nombreuses personnes préfèrent s’assurer sur téléphone ou sur ordinateur qu’un paiement est bien finalisé. Du coup, l’utilisation de la seule montre sera – selon notre logique – plutôt rare.

L’application Fancy, sorte de bazar d’objets pour hipsters, est la première du genre à être proposée sur Android Wear. Pas forcément pratique, et du genre intrusive avec des notifications à la pelle, elle nous rappelle que la montre ne remplace pas le smartphone, et que la multiplication des notifications sur cet appareil n’est, de notre avis, pas son faire-valoir.

 

Se socialiser

Ne peut-on pas dire que les réseaux sociaux sont LA notification de notre temps ? Certainement, et leur arrivée sur montre connectée ne fait qu’en faciliter l’usage. On peut consulter ses retweets, ses commentaires, mais il ne sera pas permis de naviguer. Du moins pour l’instant, puisqu’on se doute que ce n’est qu’une question de temps. Une première application semblable à un réseau social a déjà fait ses premiers pas sur Android Wear. Il s’agit de Highlights, et d’ailleurs cette application est certainement le meilleur exemple pour prédire l’arrivée d’applications de rencontres géolocalisées sur les montres. Elle fonctionne un peu comme ça, sans être pour autant tournée vers la rencontre réelle.

IFTTT, arrivé récemment sur Android, n’a pas eu autant de retard à l’arrivée sur Android Wear. Cette application qui permet de gérer ses réseaux sociaux ne sert ici finalement qu’à demander l’ouverture de l’application sur mobile.

 

S’informer

Les sites d’information ont fait partie des premiers à comprendre l’intérêt de la notification. Le lecteur 2.0 n’a pas forcément envie de payer un journal, ou d’aller chercher l’information : il veut qu’on la lui apporte. La réception de notifications d’articles sur montre possède l’avantage de montrer d’un coup d’œil l’importance de l’information. En même temps, la réception continue de notification peut vite s’avérer exaspérante. Difficile donc de prévoir l’avenir de la notification de presse sur Android Wear. À l’heure actuelle, on trouve déjà certains grands acteurs comme The Guardian ou Reuters. Leur présence sur le magasin d’applications dédié n’a d’ailleurs pas un grand intérêt puisque toutes les applications envoient leurs notifications vers la montre, qui peut ensuite les ouvrir sur le téléphone.

Les applications commentant en direct des événements pourraient par contre avoir le vent en poupe sur ce type d’appareil. L’application One Football a fait son entrée sur le magasin d’applications, et prouve que ce genre de minuscules appareils peut s’avérer bien pratique pour suivre un événement en direct. L’application montre le score, les cartons, les remplacements, ou même la possession de balle lors de matchs de football. Et tout ceci en temps réel.

One Football android wear

One Football

Gérer sa maison

Voila une fonctionnalité qui pourrait devenir très intéressante : la domotique. Imaginez pouvoir dire à votre montre d’allumer la lumière dès lors que vous mettez un pied chez vous. Hue Control s’est déjà essayé à cette problématique précise en proposant sa version Android Wear de l’application. Elle est toutefois reliée à des ampoules Philips un peu particulières (et chères), et ne profitera donc pas à grand monde. Mais l’univers est en pleine expansion ; nul doute que d’autres rejoindront Philips.

 

Jouer

Qu’est-ce que tout le monde possède sur son smartphone ? Des jeux, bien sûr. Et il ne faudra pas longtemps avant qu’Android Wear ne soit pourvu de jeux en tout genre, et adaptés à l’utilisation sur une montre. Malgré tout, « adapté » n’est pas le terme qui correspond le mieux au fait de jouer sur une montre. Flopsy Droid, un Flappy Bird des temps modernes, a débarqué sur le Play Store et se lance depuis la montre. C’est fluide, facile d’utilisation, mais cela s’arrête là. Qui va réellement jouer sur un écran d’à peine 1,5 pouces, avec le bras en suspension ?

20140709_120339

Flopsy Droid

 

Assurer son smartphone, ou sa montre, ou les deux

Et si on envisageait que la montre est une sorte de d’antivol, un peu semblable aux objets compagnons que proposent certains constructeurs, et qui bipent lors la connexion Bluetooth est rompue entre l’objet et le terminal ? Sans être forcément une fonctionnalité, ou un motivateur d’achat, cet usage est en tout cas appréciable. L’application Wear Aware est apparue sur le Play Store il y a quelques jours, et elle est particulièrement efficace en utilisation.

Lorsque la connexion Bluetooth est rompue entre le smartphone et la montre, celle-ci va vibrer plusieurs fois à votre poignet, vous indiquant qu’il y a un problème. Et si vous lancez l’application depuis la montre, vous ferez hurler votre mobile, même si celui-ci est en silencieux. On ira jusqu’à dire que c’est un must-have pour tous ceux qui possèderont une montre Android Wear. D’autant qu’elle remplacera facilement le fameux « je ne trouve pas mon téléphone, fais-moi sonner ».

 

Les meilleurs : les applications natives

S’il est intéressant de voir les développeurs proposer des versions compatibles de leurs applications, ce sont celles proposées directement par Google qui s’intègrent le mieux à Android Wear, et c’est normal. Les commandes vocales sont parfaitement adaptées, et la plupart permettent de faire des tâches fastidieuses d’un simple mot à l’oreille de sa montre. Les applications de réglage d’alarme, de création de notes, de rappel, de minuteur ou de chronomètre sont du genre pertinentes, parce qu’elles sont rapides et pratiques à utiliser, mais surtout ont le potentiel pour devenir intuitives.

L’activation de Google Now permet d’ailleurs d’avoir des indications d’itinéraire, ou de météo. Certaines applications comme 1Weather deviennent alors superflues.

 

De l’utilité générale d’Android Wear

Impossible d’avoir un avis définitif et tranché sur Android Wear. Le logiciel est réellement bien fait, et certaines applications ont un intérêt certain. Est-ce que l’euphorie autour du système d’exploitation pour montres est justifié ? Pas forcément, ou du moins pas en totalité.

Certaines actions sont réellement intéressantes : le fait de répondre à un sms, voir qui appelle sans avoir besoin de sortir le téléphone de la poche, faire du sport grâce aux applications de fitness, ou encore gérer la domotique pour ceux qui pourront s’en servir. Pour le reste, on est bien plus dubitatif, et la montre ne remplacera jamais le confort d’utilisation d’un smartphone.

On passera certainement bien vite à la trappe l’utilisation de jeux, ou la possibilité de faire des achats via notre montre. Finalement, et comme indiqué en préambule de ce dossier, tout l’intérêt d’Android Wear se trouve dans les interactions très brèves, mais surtout dans la consultation rapide de notifications. La montre n’est peut-être alors que le coup d’œil rapide que l’on donne au poignet pour déterminer l’importance d’une notification, et la peine que l’on se donnera à l’ouvrir finalement sur smartphone. Quoi qu’il en soit, pas un jour ne passe désormais sans qu’une nouvelle application ou fonctionnalité soit proposée par des développeurs intéressés par ce nouveau domaine. Gageons que certains sauront nous surprendre et, peut-être, faire des montres Android Wear des indispensables du quotidien.