Intel ne compte pas louper le coche dans le domaine des objets connectés comme l’entreprise a pu le faire pour les smartphones et tablettes. Ainsi, le fondeur vient d’annoncer plateforme Intel IoT Plateform qui permet de confier aux développeurs un produit tout-en-un, regroupant la partie logicielle et matérielle nécessaire au fonctionnement des objets connectés.

Intel IoT

Intel possède depuis environ un an deux plateformes matérielles pour développer des objets connectés : la carte de développement Galileo mais aussi le micro-ordinateur Edison qui prenait, dans sa première version, la forme d’une carte SD. Il manquait toutefois tout un écosystème logiciel autour de ces deux plateformes pour pouvoir réellement créer des objets connectés. En effet, un objet connecté est par définition relié à un réseau qui permet de relever les informations de ses capteurs, de les analyser voire même de l’actionner à distance. Jusqu’à maintenant, les développeurs qui souhaitaient travailler avec du matériel Intel devaient plus ou moins se débrouiller seuls. Mais Intel vient justement d’annoncer la IoT Platform pour regrouper plus facilement tout ce petit monde.

iot-gateway-icons

L’idée est donc de proposer aux constructeurs d’objets connectés une solution clés en main regroupant la partie logicielle et la partie matérielle. Pour se faire, la société s’est entourée de partenaires et notamment Capgemini ou encore Dell. Le but est de connecter facilement et rapidement n’importe quel objet connecté (une montre, un capteur, une machine à laver, une voiture) à une passerelle qui s’occupera de faire le lien avec Internet et le cloud. Les données des objets connectés seront ensuite stockées au même endroit pour faciliter leur analyse et les actions à effectuer sur l’objet connecté. Tout cela devrait être facilité par le matériel proposé par Intel et ses partenaires ainsi que les API qui verront le jour. La sécurité est également prise en compte avec l’intégration de la suite Enhanced Security de McAfee.

Intel n’est toutefois pas seul sur ce segment puisque ARM avait également fait une annonce en ce sens au début du mois d’octobre avec sa plateforme mbed OS ou encore MediaTek avec sa plateforme LinkIt. Qualcomm de son côté avance petit à petit puisque l’entreprise vient d’investir 7 millions de dollars dans la société Qterics spécialisée dans la gestion à distance des objets connectés. Qualcomm met toujours l’accent sur l’alliance industrielle créée l’an dernier – l’AllSeen Alliance, concurrente de l’Open Interconnect – et qui est censée développer un framework ouvert pour permettre aux différents constructeurs de créer des objets connectés intéropables entre eux. Pour le consommateur, c’est sûrement le point le plus important : qu’on puisse se servir de n’importe quel objet connecté sans se poser la question de l’appareil qui le commande.