Les trackers d’activités ont la cote pour cette édition 2015 du CES, mais pas seulement. Les objets qui s’y rapportent sont également nombreux, à l’image de l’ampoule Bolt présentée pour l’occasion par la firme américaine Misfit.

Misfit Bolt

Il semble bien loin, le temps où Misfit n’était qu’une petite startup finançant son tracker d’activités, le Shine, sur la plateforme de financement participatif KickStarter. Quelques semaines après une important levée de fonds auprès de Xiaomi, elle dispose aujourd’hui d’un stand de belle envergure, au CES de Las Vegas, où elle montre plusieurs de ses nouveaux appareils. Parmi eux, une ampoule connectée assez semblable à celles que ses concurrents, à un détail près : elle peut être contrôlée via un des trackers d’activités Misfit.

bolt2
Misfit Bolt

Ce bracelet, ce n’est malheureusement pas le Shine, le plus jolis des appareils de la marque, mais le Flash, sa version peu onéreuse (50 euros), en plastique moins esthétique que le Shine. Son avantage, indique la marque, tient à ce que le clic sur son petit boitier est plus facilement paramétrable, dans la mesure où il est physique, contrairement au Shine. L’ampoule Bolt, elle, ressemble à bien des objets du genre : elle se connecter en Bluetooth LE à un smartphone sous Android ou iOS, depuis lequel il est possible de choisir la couleur qu’elle diffuse. Un peu à la manière de Holi, qui quant à lui rapatrie les données de bracelets Withings ou Jawbone, la Bolt s’appuie sur les phases de sommeil détectées par un Shine ou un Flash (ou encore par un Beddit) pour diffuser une lumière bleue permettant au dormeur de se réveiller tout en douceur au moment propice. D’autres options permettent quant à elles de définir des ambiances prédéfinies ou personnalisées pendant la journée.

Misfit Bolt

Comme toutes les ampoules connectées, la Misfit Bolt coûte 49,99 dollars. Elle est actuellement disponible en précommande pour les USA et devrait y être livrée d’ici la mi-février, avant d’être expédiée vers le reste du monde. Un appareil sympathique et design dont on espère surtout qu’il saura s’ouvrir au moins au Shine… les trackers d’activités concurrents paraissant exclus d’office.

À lire : Test du Misfit Flash