On attendait des nouvelles du pure-player de la montre connectée, Pebble. Finalement, le petit génie de la plateforme Kickstater a lancé… une campagne Kickstater avec un objectif de 500 000 dollars pour concevoir la nouvelle Pebble Time. Finalement, c’est en 20 minutes que l’objectif a été atteint, et le compteur ne s’arrête plus. Elle vient de dépasser les quatre millions de dollars en moins de trois heures.

93e916f6051faf2f55e88f75e249c47d_original

On s’attendait à une nouvelle montre, la voici. Elle se nomme Pebble Time et reprend les grandes lignes des premières montres Pebble, avec un écran en couleurs. Avant de vous expliquer comment Pebble veut révolutionner son secteur, revenons sur les origines de cette marque.

 

Pebble, un acteur pré-curseur

Pebble, c’est un des acteurs précurseurs dans le domaine des montres connectées. En mai 2012, la jeune équipe américaine avait fait sensation avec une campagne Kickstater de 10 millions de dollars et 85 000 commandes. Pebble Technology était lancé. Aujourd’hui, l’entreprise est située dans la Silicon Valley, installée à Palo Alto, où 150 personnes bûchent.

4ce5faddf0eb9d828fccbfcc3f5fd077_original

Existe-t-il une place entre Apple et Google ?

En 2015, le contexte est différent, Pebble n’est plus seul. Android Wear est là, Samsung aussi et Apple va bientôt lancer sa Watch. Il fallait donc prendre des décisions stratégiques. Rejoindre Google et son Android Wear ? Trouver un acquéreur qui a les épaules et la trésorerie ? Pebble Technology ne s’est pas fait racheter par Facebook et n’a pas mimé les grands constructeur : la jeune startup a préférer de relever un nouveau défi. Il prend la forme d’une nouvelle campagne Kickstarter, avec 500 000 dollars d’objectif et un nouveau produit, la Pebble Time.

 

La Pebble Time : la même en couleurs ?

Premièrement, ce que l’on remarque directement : Pebble a opté pour un écran e-ink en couleurs, certes assez termes et pauvres (64 couleurs). La montre conserve toutefois tous les bénéfices de cette technologie : une autonomie très correcte (annoncée avec 7 jours d’autonomie en moyenne), ainsi qu’une lisibilité en plein soleil. D’après The Verge, il faut s’attendre à un rendu proche de la Game Boy Color. Deuxièmement, elle est bien plus légère que les précédentes Pebble, et elle épouse désormais la courbure du poignet.

a361fd85680fccb17de65c13aa3e73bd_original

dc375b9dc9d2d35f12bf995e561f713f_original

Côté design, on ne peut pas dire que la Pebble Time se distingue de la concurrence, avec des allures restant très quelconques mais ludiques. À la rédaction, on reste sceptique : la montre paraît « moins massive » que la première Pebble mais toujours aussi inesthétique. Mais difficile de juger un design sur photos, nous avons donc backé le projet parmi les premiers.

 

Le logiciel « from scratch », enfin presque

Comme prévu, on retrouve également un microphone pour pouvoir dicter quelques commandes vocales élémentaires. La fonction sera limitée dans un premier temps par soucis de simplicité, néanmoins Pebble pourrait envisager un fonctionnement avec Siri (iOS) et Google Now (Android) à moyen terme.

1c224e291c804c2c22add2920dd6d938_original

Si vous êtes déjà un utilisateur Pebble, vous l’avez remarqué, l’interface a été revue. Fini le cadran simple, Pebble a mis en place un flux d’informations dans lequel on retrouve l’essentiel de ses notifications, événements et bien d’autres données. Les éléments sont listés chronologiquement à l’image des notifications sur Android. Toujours compatible avec Android et iOS (mais toujours pas Windows Phone), la Pebble Time pourra également faire tourner les mini-apps déjà développées.

 

Pebble veut construire un écosystème complet

En refusant d’imiter ses concurrents et d’intégrer leurs services, Pebble se lance officiellement dans la guerre des montres. La Pebble Time n’arrive donc pas seule, mais avec un écosystème complet. Comment ? Pebble met les deux pieds dans l’Internet des Objets en proposant à tous les créateurs d’objets connectés d’utiliser la Pebble Time comme plateforme.

Naturellement, le kit de développement de Pebble va évoluer avec la prise en charge de l’écran e-ink couleurs, mais aussi (et surtout) la possibilité à d’autres objets d’interagir via Bluetooth Low Energy (BLE) directement avec la montre. Imaginez connecter votre bonnet Archos à votre Pebble Time.

En gros, Pebble veut se positionner face à Apple, Google et bientôt Microsoft. Autant dire que la petite startup californienne ne manque pas d’ambition. Eric Migicovsky, le fondateur, a affiché beaucoup d’enthousiasme et vient de remporter une première victoire. La montre a déjà atteint plus de 4 millions de dollars (au moment de la publication de cet article) en à peine 150 minutes, et le million a été atteint en seulement 30 minutes. Des chiffres impressionnants.

Pour plus d’informations, direction la page du projet Pebble Time sur Kickstater.