Le spécialiste de la messagerie instantanée Tencent présente aujourd’hui son système d’exploitation destiné aux objets connectés. Son but : investir aussi bien les montres que les Smart TV, et se rémunérer sur les applications téléchargées.

Tencent OS+

Après sa propre ROM à destination des androphones, Tencent OS, en bêta depuis janvier dernier, Tencent annonce aujourd’hui le lancement d’un OS destiné au prêt-à-porter connecté, mais aussi aux objets intelligents en tout genre et aux Smart TV. Si le nom de Tencent ne vous évoque rien pour le moment, penchez-vous du côté de l’application de messagerie WeChat, nettement plus célèbre que son créateur. Cette dernière, téléchargée entre 100 et 500 millions de fois rien que sur le Play Store, revendiquait en mars dernier 500 millions d’utilisateurs actifs mensuels, contre moins de 470 millions fin 2014. Une importante croissance dans le domaine des applications mobiles complétée par le succès de QQ, un autre service de messagerie très populaire en Chine, et par de nombreux services dérivés. Avec un chiffre d’affaires croissant, flirtant avec les 13 millions de dollars pour l’année fiscale 2014 (+31 % en un an), et un profit opérationnel de presque 5 millions de dollars (+ 59 % en un an), Tencent ne compte pas en rester à de simples applications mobiles. Le marché des objets connectés étant en plein boom, c’est précisément le système d’exploitation qui les anime que l’entreprise chinoise cherche à imposer, avec TOS+.

TOS+ pour les objets connectés sera une plateforme ouverte, basée sur Android. Elle sera gratuite, avec un système de partage de revenus avec les développeurs d’applications – un système similaire à celui que pratiquent les géants du mobile. Comme l’a indiqué Zhong Xianping lors de la Global Mobile Internet Conference organisée à Pékin, l’OS pourra prendre place dans des casques de réalité virtuelle comme dans des montres ou des Smart TV et que l’intégration de la ROM Tencent OS aux appareils animés par TOS+ pourra autoriser des usages tels que le paiement mobile.

Des alternatives aux services de Google

En proposant son propre système d’exploitation, Tencent compte mettre en avant ses propres services logiciels, à commencer par QQ et WeChat. Si ces deux applications sont disponibles partout dans le monde par le biais du Play Store de Google, il ne faut pas oublier que ce même portail n’est généralement pas accessible en Chine, et que la porte est ouverte aux alternatives. Tencent n’est d’ailleurs pas le seul à se saisir de l’opportunité que représente le développement d’Android en Chine, puisque le géant de l’e-commerça Alibaba a annoncé son investissement dans Yun OS au début de l’année, en partenariat avec Meizu. Xiaomi propose sa propre ROM ainsi qu’un portail de téléchargement d’applications, et pour Tencent, déjà très populaire en tant que fournisseur de messagerie, il s’agit de créer son propre écosystème alliant mobile et objets connectés, pour mieux recevoir des revenus de ses propres applications et de développeurs tiers.

Pour l’heure, on ignore quand et surtout avec quels partenaires matériels Tencent compte mettre son OS à disposition. Gageons néanmoins qu’il saura refaire parler de lui avant la fin de l’année.