Les bracelets et montres connectées, dont les débuts sont encore récents, ne devraient, d’après la dernière étude du cabinet GFK, n’être qu’un feu de paille. Il prévoit un marché en passe de doubler d’ici la fin de l’année.

Wearables

Comme il le fait régulièrement, l’institut GFK livrait la semaine passée sa dernière étude en date concernant les objets connectés, et plus précisément les wearables.  Et d’après lui, ce type d’appareils, portés au poignet, installés dans un salon, dans une cuisine ou dans une salle de bain, aura plus que jamais le vent en poupe les années à venir : il prévoit un marché en passe de doubler à l’échelle mondiale. Il pourrait ainsi se vendre 72 millions d’unités en 2015, contre un peu plus de 30 millions l’année dernière. Des chiffres somme toute cohérents avec les derniers résultats de Xiaomi qui, d’après une estimation du cabinet IDC publiée cette semaine, rapporte que la firme chinoise a vendu 2,8 millions de bracelets connectés pour le seul premier trimestre 2015 et Fitbit, 3,9 millions. Et d’après GFK, « le marché des wearables n’en est à qu’à ses balbutiements, en particulier lorsqu’il s’agit de concevoir les produits à destination du public féminin ». On ne peut que le constater.

L’augmentation des ventes de « wearables », c’est-à-dire de prêt-à-porter connecté, ne s’arrêtera pas là. Le cabinet d’analyse pense que 114 millions de ces objets connectés seront vendus d’ici 2016 dans le monde, des chiffres entrainés par le succès de ces appareils en Amérique du Nord (32,4 millions de produits y seraient vendus en 2016).

En France, GFK considère qu’il devrait se vendre 1,8 million de wearables pour l’année 2015, et va beaucoup plus loin. Car d’après lui, chaque foyer comptera « plus de 30 objets connectés » d’ici cinq ans. Entre les smartphones et les tablettes, les bracelets, montres et autres wearables encore à développer, les outils de gestion de l’habitat et l’électroménager connecté, les possibilités sont vastes. GFK n’y va d’ailleurs pas de main morte, considérant que « les ventes d’ici là [2020] pourraient représenter 2 milliards d’unités dans l’Hexagone ». Quand on sait que le marché des objets connectés a représenté 90 millions d’euros en France en 2014, dont la majorité provenait des montres connectées sportives, pour un total de 640 000 objets vendus, on entrevoit de prochaines années particulièrement lucratives dans ce domaine.