La montre Rufus Cuff, qui faisait l’objet d’une campagne de financement participatif au printemps dernier, est désormais en précommandes. Il est donc possible d’acheter sans l’avoir backée cette montre sous Android au format totalement démesuré.

Rufus Cuff

Ce qui ressemblait initialement à une vaste plaisanterie n’en est finalement pas une, à en croire Rufus Labs, l’équipe en charge de Rufus Cuff. Cette montre connectée démesurée, financée au printemps dernier sur la plateforme Indiegogo, sera bel et bien livrée. Il faudra pour cela attendre le début de l’année prochaine, si la firme tient ses promesses.

Ce Rufus Cuff a réuni plus de 450 000 dollars sur Indiegogo malgré son étrange allure. Ce qui se présente comme « plus qu’une smartwatch » est en effet un bracelet-montre doté d’un écran de 3,2 pouces sous lequel se cache un processeur Texas Instruments A9. L’appareil est doté de base de 8 Go de stockage, extensibles moyennant au moins 40 dollars (pour 8 Go supplémentaires), et intègre un GPS, du Bluetooth 4.0, un accéléromètre, deux microphones et un haut-parleur. Comme un téléphone, la montre embarque un vibreur et des LED de notifications. Mais peut-elle remplacer un smartphone ? Pas tout à fait, puisqu’elle ne peut se connecter en WiFi (b/g/n) et en Bluetooth, mais ne peut pas être entièrement autonome : et pour cause, elle ne dispose pas de port pour carte SIM. Les créateurs promettent pour finir une autonomie de un à deux jours grâce à sa batterie de 1175 mAh.

rufus-cuff

Alors qu’Android Wear prend son essor auprès des partenaires de Google, le Rufus Cuff préfère adopter une version KitKat complète d’Android. Un choix concevable au vu de la taille d’écran de l’appareil, qui s’apparente aux smartphones d’il y a quelques années. En revanche, niveau design, le Rufus Cuff – dont les dimensions ne sont pas précisées – joue les manchettes futuristes. Une finition anguleuse, épaisse et tout en plastique est donc de rigueur chez un appareil qui se contente d’ailleurs d’être uniquement splashproof, quand les montres connectées sont au moins certifiées IP67.

Bref, un terminal ovni qui semble tout droit sorti des séries TV des années 1990, pour lequel ses concepteurs demandent un minimum de 249 dollars en précommandes. Son tarif final, sans accessoires ni mémoire additionnelle, sera fixé à 399 dollars à partir du 1er décembre prochain, auxquels s’ajoutent 30 dollars de frais de port. L’originalité facturée au prix fort, en somme.