Une semaine particulièrement intense s’achève du côté des opérateurs hexagonaux entre l’ARCEP, qui livre ses dernières observations et met la pression sur les opérateurs, et une guerre des prix particulièrement féroce que se sont livré les acteurs du secteurs. Mais ce n’était pas tout : voici les principales actualités qui ont marqué ces derniers jours.

Des promotions à la pelle chez les opérateurs

sim-2-3

Le moins que l’on puisse dire, c’est que les temps sont durs pour les opérateurs. Alors même que l’ARCEP presse les opérateurs, dont SFR, de déployer un peu plus d’antennes 4G sur le territoire hexagonal, l’heure est à la guerre des prix. Pour gagner des clients, évidemment, alors même qu’Orange reste premier, mais que les disparités entre ses trois concurrents s’atténuent de mois en mois, notamment en raison des importants efforts concédés par Free Mobile. Et justement, c’est l’opérateur d’Iliad, qui annonçait en milieu de semaine l’organisation d’une vente privée sur le site du même nom, a déclenché une vague de promotions particulièrement intéressante du point de vue de l’abonné. Chez Free Mobile, SFR RED ou Virgin Mobile, on retrouve donc des offres à 3,99 euros comprenant bien souvent beaucoup de data en 4G. Quand Sosh, pourtant rare sur ce terrain, avait déjà dégainé ses promotions de Noël, Bouygues n’a pas tardé à riposter, bien qu’affichant des tarifs plus élevés que ses concurrents.

Bref, si vous songiez à changer d’opérateur, c’est le moment. Et pour vous y retrouver, nous vous avons concocté un guide récapitulant avantages et inconvénients de chacune de ces offres, et expliquant comment faire pour passer sans difficulté chez la concurrence.

À l'approche des fêtes, OnePlus se démène

oneplus-sans-invitation

OnePlus fête ce mois-ci ses deux ans. Deux années où l’on a vu sortir des très bons, et d’un peu moins bons téléphones, mais aussi deux années de tentatives de communication et de marketing parfois hasardeuses. Et surtout, deux années de vente de smartphones réservés aux détenteurs d’invitations, ces codes permettant d’accéder à la plateforme commerciale de la marque. À l’aube de son deuxième anniversaire, OnePlus s’assagit enfin (ou bien peut répondre à une demande plus faible que prévue) et vient de supprimer la nécessité d’utiliser des invitations pour acheter son OnePlus 2. En revanche, le OnePlus X, petit smartphone au bon rapport qualité-prix, y reste soumis. Et même si une journée par semaine permettra à l’avenir de l’acquérir sans invitation, OnePlus n’hésite pas à vendre les invitations nécessaires le reste du temps en les fournissant avec une coque pour iPhone de qualité très discutable.

Windows 10 Mobile s'exporte sur Android

xiaomi mi 4 windows 10 mobile 1

Alors que le Projet Astoria est, d’après Microsoft, mort et enterré, au grand dam du toujours très agité Steve Ballmer, Windows 10 poursuit sa route. Quelques mois de tests auront suffi à porter le système d’exploitation sur le Xiaomi Mi 4, le smartphone phare de la marque chinoise pour l’année 2014, dont on attend d’ailleurs toujours le véritable successeur. Teasé quelques jours plus tôt, le portage a été mis à disposition du public en milieu de semaine. Il est ainsi possible d’installer cette bêta sur le smartphone, que les plus aguerris peuvent d’ailleurs importer, et tester ses performances sur l’appareil. Attention, bugs et autres instabilités sont au programme. Tous les détails à cette adresse.

L'Asus Zenfone Zoom se concrétise enfin

ASUS Zenfone Zoom-white

C’était l’une des Arlésiennes de cette année. Ce Zenfone Zoom d’Asus, vu à chaque salon ou presque, mais sans date de sortie à la clé ni prix, sortira bel et bien dans le commerce. Le constructeur taïwanais a en effet annoncé très officiellement l’arrivée de son téléphone aux faux airs d’appareil photo sur son marché national d’ici la mi-décembre, et pour un prix  d’environ 450 euros. La France ne sera pas laissée pour compte : le Zenfone Zoom y sera commercialisé d’ici le mois de février. Il n’aura jamais fallu qu’un an avant qu’il soit réellement disponible.

Xiaomi n'a pas dit son dernier mot dans le domaine des objets connectés

miband-1s-3

La marque chinoise mise depuis un an sur les objets connectés, et surtout sur les trackers d’activités. Xiaomi est arrivée à l’été 2014 et six mois plus tard, se plaçait deuxième vendeur sur ce segment, derrière Fitbit. La sortie de l’Apple Watch a bouleversé la donne, puisque la Pomme s’est propulsée à la deuxième place du classement d’emblée. Mais aujourd’hui, comme le souligne IDC, Xiaomi est en embuscade et, pour le troisième trimestre, parvient presque à rattraper son concurrent… On s’attend à un dernier trimestre palpitant puisque Samsung, dont les résultats sont en baisse, verra sa Gear S2 intégrée à l’étude, et Xiaomi, son Mi Band Pulse. Les acteurs du secteur peuvent en outre se réjouir : si les parts de marché des uns et des autres se répartissent, le volume d’appareils « wearables » augmente de trimestre en trimestre.

Du changement à la tête de Samsung

logo Samsung noir

On s’attendait à du mouvement chez la marque coréenne. Samsung, dont les résultats financiers ont globalement été moins bons que prévu cette année, a d’abord vu son PDG changer en 2014, ce rôle revenant à Jay Y. Lee. Mais cette semaine, c’est l’emblématique JK Shin, président de la division Mobile de la marque, qui a quitté son poste. Les investisseurs auront eu raison de la tête de celui qui se cache pourtant derrière le succès des Galaxy S3 et S4. L’idée derrière tout cela : donner un nouveau souffle à une firme nettement concurrencée par les marques chinoises émergentes, et développer ses offres logicielles.

pré