Le CES 2016 n’est pas seulement l’occasion de découvrir de nouveaux produits. Le salon américain permet également de retrouver des appareils annoncés il y a belle lurette, et dont le salon permet de préciser l’avenir. C’est notamment le cas du Parrot Pot, ce pot de fleurs connecté dont l’annonce initiale souffle sa première bougie.

parrot-pot-02

Parrot n’est pas venu les mains vides à l’édition 2016 du CES de Las Vegas. La firme française y présente un nouveau drone, le Disco, et revient sur un produit que l’on avait découvert lors du CES 2015, et qui avait depuis disparu des écrans radars. Rien à voir avec les drones, puisqu’il s’agit du Parrot Pot, un pot de fleurs connecté venant compléter la gamme initiée avec le Flower Power.

Parrot Pot

Le Pot en version transparente (qui ne sera pas commercialisée) permet de visualiser l’agencement de ce pot de fleurs à réserve d’eau.

Depuis sa première présentation, le Pot n’a pas changé d’un iota. Il s’agit donc d’un pot de fleurs d’assez grande capacité – il contient 2 litres de terre – mais dont la taille est nettement plus imposante, puisqu’il contient une réserve d’eau de deux litres. L’appareil est bardé de capteurs qui mesurent la luminosité ambiante, la température, l’humidité et l’acidité de la terre. Le tout est couplé à l’application que Parrot avait développée pour son Flower Power, laquelle inclut une base de données de 8000 plantes, et délivre les conseils nécessaires pour le bon entretien des espèces répertoriées. C’est également en se basant sur ces informations que le Pot irrigue automatiquement la plante qu’il recèle.

Les informations récoltées par ses capteurs sont fournies à l’utilisateur par le biais d’alertes sur le mobile (Android ou iOS), tandis qu’un témoin lumineux situé sur le pot indique, en vert, que tous les paramètres sont satisfaisants et, en rouge, que l’un d’entre eux doit être modifié ou que la réserve d’eau est bientôt épuisée. On notera que le Pot ne fonctionne pas sur secteur, mais qu’il est alimenté par deux piles AA, pour une autonomie promettant d’atteindre environ un an.

parrot-pot-3

Sur le côté, l’élément plongeant dans la terre regroupe les différents capteurs du Pot.

Si l’on connaît le prix du Pot, fixé à 100 dollars (son tarif en euros est encore à définir, mais devrait logiquement se situer autour de 100 euros, contre 149 euros pour un Meg), sa disponibilité reste problématique. Parrot se contente d’évoquer un lancement dans le courant de l’année, et se refuse à apporter plus de précisions. Son H2O, d’ailleurs présenté en  2015 en même temps que le Pot, pose à la marque quelques difficultés de développement, si bien que Parrot n’indique aucune prévision concernant sa date de lancement. Espérons que, comme le Pot, il trouve le chemin des revendeurs avant la fin de l’année.