Aibo est de retour, nous l’avons croisé sur le stand de Sony au CES 2018. Toujours aussi mignon.

Aibo – un chien robotique, artificiellement intelligent qui coûtait plus de 1 000 dollars quand il a été lancé en 1999 – était peut-être le dernier produit visionnaire de Sony. Aibo était bizarre, mais Sony était à l’époque la plus grande entreprise tech au monde, loin devant Samsung. Aibo existait simplement parce que Sony pouvait le faire, et non pas parce qu’il y avait un marché pour une telle chose.

En quelques années, il s’est vendu plusieurs milliers d’Aibo. Malheureusement, le petit robot avait connu un succès mitigé. Sony a signé la fin de sa production, en 2006. Il n’a jamais atteint les niveaux de ventes espérés par le géant nippon de l’électronique.

Nous sommes en 2018, et Aibo est de retour. Sony a fait le pari que les consommateurs sont mûrs pour une version de son robot pilotée par une intelligence artificielle. Il n’a pas tellement changé depuis 1999, il rapporte toujours son os, s’assoie, il peut nous suivre et il aboie. Désormais, ses yeux sont deux écrans OLED, ce qui lui donne davantage d’expression. Il reste toujours aussi mignon pour un gadget tech inutile et distrayant.

Pas de grand changement

Force est de constater que le petit robot n’a pas tellement évolué depuis 2006. Tanguy Andrillon, journaliste chez Les Numériques, me rappelle que les fonctions du petit Aibo de 2006 étaient les mêmes qu’aujourd’hui. Le processeur de l’époque, un ARM quadruple-coeur, permettait de donner des ordres à son robot, et Aibo était même capable de reconnaître les membres de la famille. On pouvait se connecter avec un programme pour visionner ce que Aibo regardait. En 2018, il a désormais des yeux OLED et il peut envoyer des données sur le cloud, néanmoins ses fonctions sont exactement les mêmes qu’en 2006, et il ne fonctionne pas beaucoup plus vite qu’à l’époque.

 

Aibo sera disponible pour 22 980 yens (160 euros) dès le 11 janvier, uniquement au Japon malheureusement.