Jawbone s’attaque aujourd’hui à son rival Fitbit, dont il cherche à faire interdire les produits sur le sol américain. Il s’appuie sur la traditionnelle guerre des brevets que se livrent les grands constructeurs d’appareils électroniques.

jawbone move 1

Le combat juridique que se mènent les grands constructeurs dans le monde de la téléphonie mobile est certes le plus médiatique, mais d’autres, dans le domaine des objets connectés, se livrent une guerre sans merci. Là aussi, il est question de vol de brevets : Jawbone en accuse son grand rival Fitbit, ajoutant une nouvelle pierre à l’édifice juridique qu’il a commencé de construire il y a une quinzaine de jours.

Les accusations de ce jour s’ajoutent à un premier procès ouvert le 28 mai, à San Francisco : Jawbone, sous son nom AliphCom, accusait Fitbit d’avoir embauché cinq de ses anciens employés qui se trouveraient détenir des secrets professionnels de Jawbone. Fitbit, de son côté, avait nié les accusations de son concurrent, qui récidive aujourd’hui. D’après  les premiers éléments connus de l’affaire, Jawbone accuse Fitbit d’avoir utilisé son brevet lié à « une application santé utilisant des données issues d’un bracelet capable de récolter cette data ». Et Fitbit de se défendre en rappelant avoir « développé de manière indépendante et livré des offres de produits innovants ». Comme c’est le cas dans le domaine du mobile, Jawbone cherche à obtenir une interdiction de vente des produits Fitbit aux États-Unis.

Fitbit fait course en tête sur le marché des bracelets connectés

Ces démêlés juridiques tombent à point nommé, alors même que Fitbit, qui a récemment mis à jour ses documents légauxserait sur le point d’entrer en Bourse et de lever plus de 350 millions de dollars en émettant 22,4 millions d’actions : il serait alors connu au New York Stock Exchange sous le nom de FIT, et disposerait de nouveaux fonds à utiliser dans la recherche ou dans de nouvelles acquisitions. Rappelons que Fitbit affichait en 2014 un chiffre d’affaires de 745,4 millions de dollars, dont 131,8 millions de bénéfice net, avec une forte croissance sur un an.

Le cabinet IDC classe d’ailleurs la marque première en termes de volumes comme de part de marché au premier trimestre 2015, avec 34,2 % du marché, devant Xiaomi, qui détient tout de même 24,6 points. Derrière eux, Garmin, Samsung et, au cinquième rang, Jawbone qui, avec environ 500 000 unités écoulées en début d’année, n’obtient que 4,4 % du marché. Il a en effet affiché des retards à la livraison de son dernier Up 3 et son Up 4, annoncé au mois d’avril, ne semble apporter que peu de changements à son prédécesseur.