Fossil présente aujourd’hui son dernier bracelet connecté. Peu innovant en termes de fonctionnalités, son Q Motion est surtout la preuve que l’absorption de Misfit par la marque est bel et bien en marche.

Misfit Q Motion

Les bracelets connectés de Fossil n’existent que depuis quelques mois et, hormis un design souvent réussi, restent un peu plus simples que la moyenne. La gamme Q n’est pas compatible avec le suivi du sommeil, si tant est que cette fonctionnalité soit utile à ses clients. Mais depuis son lancement sur ce secteur d’activité, Fossil s’est illustré par le rachat d’un spécialiste en la matière, Misfit. Un peu moins de 250 millions d’euros plus tard, l’Américain détient le concepteur des Shine, eux aussi très design, mais aussi du plus récent Ray, que nous avons découvert au dernier CES de Las Vegas.

Fossil Q Motion ou Misfit Ray ?

C’est clairement sur la technologie de Misfit, mais aussi sur son style, que s’appuie aujourd’hui Fossil. La marque dévoile son Q Motion, dont le format cylindrique rappelle celui du Ray. L’appareil est lui aussi un tracker d’activités à porter au poignet, à ceci près qu’il surveille tant l’exercice que le sommeil. Il est étanche, vibre à la réception de notifications et permet, par un système de double-clics sur son cylindre, de réaliser quelques actions contextuelles (changement de chanson dans une app musicale ou déclenchement de l’appareil photo). Et comme les produits de Misfit, le Fossil Q Motion fonctionne sur pile, promettant jusqu’à six mois d’autonomie.

Le Fossil Q Motion sortira dans les prochaines semaines aux États-Unis, au prix de 95 dollars. On ne doute plus vraiment que Fossil, dont la gamme est déjà disponible en France, y commercialisera son Q Motion. En revanche, on ignore encore si Misfit, dont l’intégration à son acheteur est désormais bien visible, continuera à produire des objets connectés sous son propre nom.

Test de la Fossil Q Founder : la plus lourde des montres Android Wear