Une étude commandée par ceux qui reprochent à Fitbit de tromper les clients sur la mesure du rythme cardiaque dans certains produits, confirmerait l’imprécision de la technologie PurePulse utilisée par la marque.

fitbit charge HR

En janvier dernier, Fitbit a été accusé par trois consommateurs américains de publicité mensongère et de mise en danger de la vie d’autrui. Ces trois personnes ont ainsi déposé plainte contre la firme, l’accusant de tromper les consommateurs sur la fiabilité de ses capteurs de rythmes cardiaques présents sur les Fitbit Charge HR et Fitbit Surge.

« La technologie PurePulse intégrée dans les capteurs optiques Fitbit n’enregistre pas avec précision le rythme cardiaque »

Pour étayer ces accusations, les trois larrons de l’affaire ont alors commandé une étude afin de tester la fiabilité des mesures cardiaques de ces bracelets connectés, et les résultats vont dans le sens des plaignants. En effet, les chercheurs expliquent que « la technologie PurePulse intégrée dans les capteurs optiques Fitbit n’enregistre pas avec précision le rythme cardiaque, et est particulièrement non fiable lors des exercices [de niveaux] modéré à intense ».

Une belle différence dans les données récoltées

D’après le compte-rendu de l’étude, le Charge HR enregistre en moyenne une différence de -15,5 bpm (battements par minute) lors d’exercice modérés à intenses par rapport à un électrocardiogramme professionnel. Pour le Surge, la différence est encore plus importante sur ce même type d’exercices : -22,8 bpm. Dans les faits, cela veut dire que si un utilisateur constate un rythme cardiaque de 150 bpm, il est en fait plus ou moins à 173 bpm. Ces constatations ont été faites sur 43 cobayes, et l’étude explique également que les données récoltées sont très fluctuantes. Par exemple, en portant un Surge sur chaque bras, le rythme cardiaque indiqué ne sera pas le même sur chacun des bracelets.

« Les résultats de cette étude démontrent que la technologie PurePulse n’est pas une méthode valide »

Lorsqu’on consulte la FAQ consacrée à la fréquence cardiaque sur le site de Fitbit, il n’est nullement mentionné un poignet à privilégier. Néanmoins, quelques conseils sont donnés sur le positionnement de l’appareil afin de la technologie soit la plus précise possible. Il faut notamment placer le bracelet le plus haut possible sur le poignet pendant une activité physique, et de ne pas le porter de façon « trop serrée car cela diminue le flux sanguin ».

« Dans l’ensemble, les résultats de cette étude démontrent que la technologie PurePulse n’est pas une méthode valide pour la mesure de la fréquence cardiaque, et ne peut pas être utilisée pour fournir une estimation significative de la fréquence cardiaque d’un utilisateur », conclut le rapport.