La rumeur courait depuis quelques heures, et c’est maintenant confirmé. L’horloger Tag Heuer annonce un partenariat avec Google et Intel pour la création d’une montre connectée, à l’occasion du Baselworld, le salon mondial de l’horlogerie et de la bijouterie qui se tient actuellement en Suisse.

Tag Heuer

C’est officiel, Tag Heuer compte désormais Google et Intel comme partenaire dans le monde des montres connectées. L’horloger suisse, dont certains modèles sont facturés plusieurs dizaines de milliers d’euros, commercialisera ainsi une smartwatch tournant sous Android Wear et dotée d’une puce Intel. Rappelons à ce titre que les montres Android Wear actuellement disponibles préfèrent généralement les SoC Qualcomm (souvent le Snapdragon 400) et qu’Intel s’est déjà lancé dans le monde des objets connectés, notamment à la sortie de son bracelet Mica.

Le PDG de Tag Heuer a confirmé lui aussi l’information, sans pourtant éclaircir un point crucial : celui de la date de sortie de l’appareil, encore inconnue. D’après Reuters, la montre devrait toutefois n’être autre qu’une déclinaison de l’un des modèles emblématiques de la marque, la Carrera. Elle ne semble toutefois pas encore certaine de la manière dont elle intégrera Android Wear à sa montre, indiquant n’être pas sûre d’opter pour un écran tactile. Elle affiche du moins sa certitude sur un point : il s’agira d’un produit de luxe. « Ensemble, ces entreprises créeront un produit qui sera à la fois luxueux et connecté de manière parfaitement intégrée à la vie quotidienne de son porteur – le point culminant de l’innovation, de la créativité et du design de la Silicon Valley en Californie et de la Watch Valley à La Chaux-de-Fonds, en Suisse », peut-on lire sur le communiqué commun à Intel et Tag Heuer.

Montre aux allures sportives, la Carrera est actuellement commercialisée à quelques milliers d’euros, selon la déclinaison choisie. On ignore si Tag Heuer conservera ce type de positionnement tarifaire pour une montre dont l’électronique embarquée réduit drastiquement la durée de vie, et si les matériaux employés pour son boîtier seront similaires. Toutefois, la marque suisse apporte une réponse claire aux détracteurs des smartwatchs, lesquels réfutent toute assimilation entre l’horlogerie et les montres connectées actuellement disponibles : c’est désormais l’horlogerie premium qui vient connecter son savoir-faire, et non les marques de smartphones qui lorgnent vers une horlogerie dont ils ignorent les mécanismes. En revanche, il semble que la montre Tag Heuer à venir ne pourra pas être estampillée « Swiss Made » du fait que son processeur ne sera pas fabriqué dans le pays ; la marque indique toutefois être en relation avec sa fédération horlogère, qu’elle espère voir accepter d’adapter son label aux montres connectées.