Investir dans une montre que l’on est censé garder longtemps et qui intègre des technologies qui seront obsolètes, voilà ce qui fait réfléchir.

Exospace-B55.jpg

Exospace B55

Entre TAG Heuer et Breitling, les marques de montres traditionnelles tentent de se « connecter ».  La montre connectée de Breitling (46 mm de diamètre) ne possède ainsi ni écran tactile ni micro, et elle cible avant tout les utilisateurs de produits Breitling. En somme, des amateurs de montres, dont de nombreux pilotes.

8675434-13692608

Ce chronographe électronique est équipé d’un calibre B55 (quartz, fabriqué maison) certifié par le COSC – à l’image de l’intégralité des montres de Breitling. Point d’Android Wear, les différentes notifications du smartphone sont affichées sur un petit écran LCD. Il est possible également d’afficher les résultats de diverses mesures : temps de vol, temps chronométrés avec temps intermédiaires, temps au tour, etc.

8675434-13692612

La Breitling Exospace B55 est vraiment conçue pour les pilotes. Par exemple, on retrouve un tachymètre électronique, un chronographe enregistrant jusqu’à 50 temps intermédiaires, un système « countdown/countup » utile pour enchaîner un compte à rebours et un chronométrage, mais aussi dispositif éminemment aéronautique de « chrono flight » qui permet d’enregistrer des « temps blocs » (temps écoulés depuis le moment où l’avion commence à se déplacer pour le décollage jusqu’à celui où il s’immobilise en fin de mission).

Plus sur le même sujet : Prise en main de la Tag Heuer Connected, la première montre...

Etanche à 100 mètres, elle intègre un bracelet exclusif TwinPro en caoutchouc bicolore, propose un mois d’autonomie et est vendue environ 7900 euros. En somme, un marché de niche.