Tesla vient d’annoncer la mise à jour de son système Autopilot en version 8.0. Au programme : l’utilisation du radar parallèlement à la caméra stéréoscopique pour améliorer la conduite semi-autonome, et éviter les accidents.

Tesla Model S montagne

Mise à jour du 21 septembre 2016 : Elon Musk vient de confirmer que le déploiement de cette mise à jour va débuter aujourd’hui même. Il sera cependant graduel pour s’assurer qu’aucun problème ait échappé aux ingénieurs de la marque. Les changements sont nombreux, et on peut par exemple citer la régulation automatique de la température intérieure, y compris lorsque le conducteur n’est pas présent afin d’assurer que les enfants et animaux laissés dans la voiture le temps d’une course ne souffrent pas. Elon Musk indique que la climatisation se déclenche à partir de 40°C et peut tenir une année complète sur une charge pleine de la batterie. La version 8.1 permettra quant à elle de choisir les températures minimales et maximales pour lesquelles ce système de régulation s’activera.

 

Article original du 12 septembre 2016 :

Les Model S et Model X vont se voir proposer, dans les semaines à venir, une mise à jour majeure de l’Autopilot, en version 8.0. Le communiqué de presse de Tesla est plutôt bien rempli en nouveautés, mais on note surtout l’apparition d’une nouvelle fonctionnalité : l’utilisation du radar de la voiture pour assister la caméra 3D lors des sessions de conduite semi-autonome, y compris lorsque la caméra ne dispose pas d’une bonne visibilité. Cette nouvelle fonctionnalité ne requiert pas de modifications matérielles puisque les ingénieurs de Tesla ont réussi à créer de nouveaux algorithmes pour cartographier l’environnement de la voiture grâce au radar qui analyse désormais six fois plus de données qu’auparavant, et de manière plus précise avec une image radiographique du monde tous les dixièmes de seconde.

 

Le fleet learning de la partie

La deuxième grande nouveauté des Tesla Model S et Model X, c’est le fleet learning. Ainsi, dans certaines situations dangereuses où le radar repère des objets au-dessus de la route (un pont, un panneau de circulation, etc.), chaque Tesla remontera aux serveurs de l’entreprise des informations sur la vitesse et l’éventuel freinage appliqué par le conducteur. Si aucun conducteur ne freine à l’approche de ces objets, Tesla les considérera comme non dangereux. Dans quelques mois, lorsque le système commencera à être fiable, lorsque le radar détectera un objet dangereux, la voiture appliquera un freinage léger. Par la suite, lorsque ce système aura prouvé une excellente fiabilité, la voiture pourra appliquer un freinage d’urgence avec uniquement des données issues du radar. Pratique lorsque la caméra n’a pas pu détecter le danger.

À lire sur FrAndroid : Autopilot et Tesla Model S : nous avons testé le pilotage automatique

L’Autopilot en version 8.0 aurait donc peut-être pu éviter l’accident lors duquel une Tesla Model S était passée sous un semi-remorque même si le conducteur était en excès de vitesse. Certains experts réclament également la présence de LIDAR dans les Tesla même si le système n’est pas très performant avec de mauvaises conditions climatiques et qu’Elon Musk y est fortement opposé.

 

Voiture semi-autonome et électrique

D’autres améliorations ont été apportées à l’Autopilot, comme par exemple la possibilité d’emprunter les bretelles d’autoroute (aux États-Unis dans un premier temps) ou encore une meilleure réactivité du système. On note également l’utilisation du fleet learning qui va permettre aux voitures de profiter du cloud et des données récoltées par les autres Model S et X pour adapter la vitesse, en conduite semi-autonome (ou système d’assistance à la conduite si l’on reprend les mots du constructeur), aux différents virages (comme sur l’Audi Q7 e-tron) ou encore la possibilité de réaliser des évitements d’obstacles en tournant automatiquement le volant. De quoi se rapprocher encore plus d’une voiture autonome et d’une voiture électrique idéale, avec notamment la nouvelle motorisation P100D qui promet pratiquement 600 km d’autonomie.

Tesla P100D