Il y a quelques jours, Tesla annonçait le déploiement d’une mise à jour logicielle pour ses véhicules équipés de puces Nvidia. Elon Musk aborde maintenant le sujet des mises à jour matérielles de ses véhicules. Musk veut notamment raccourcir les cycles classiques de l’industrie automobile.

Tesla confirme son statut d’entreprise dans le monde de l’automobile. En plus d’un modèle économique à part, qui voit la marque vendre ses véhicules en dehors des concessions aux États-Unis, la marque veut également changer la durée entre l’introduction de nouveaux modèles. Certains constructeurs font vivre leurs modèles sur presque une décennie. Elon Musk déclare pour sa part vouloir se rapprocher des cycles plus courts qu’on peut voir dans le monde mobile.

Il y aura des mises à jour majeures du hardware tous les 12 à 18 mois »

Il y a quelques jours, Tesla annonçait une mise à jour de l’Autopilot pour ses véhicules équipés de hardware Nvidia, aussi appelé HW2. Certains possesseurs de véhicules avec HW1 se demandaient s’il serait possible que l’entreprise porte les nouveautés sur les anciens véhicules. On se doutait que ce serait peu probable, mais Elon Musk, dans une discussion sur twitter semble indiquer que ça n’arrivera pas. Il indique en effet que Tesla fait un choix conscient de ne pas mobiliser ses ressources vers le « portage » de nouvelles fonctionnalités vers d’anciens véhicules.

Un autre point intéressant abordé par le PDG de Tesla concerne le rythme des mises à jour matérielles des véhicules de la marque. Elon Musk indique ainsi qu’il faut s’attendre des « révisions majeures » concernant l’architecture matérielle des véhicules tout les 12 à 18 mois. Un cycle bien plus proche du monde mobile donc, que des constructeurs automobiles classiques.

Il semblerait toutefois que les véhicules embarquant le HW2 connaissent une situation un peu différente. Répondant à un internaute, Musk précise que les véhicules les plus récents, avec du matériel Nvidia devraient pouvoir être mis à jour.

Cette volonté de ne pas ralentir le rythme de l’innovation rappelle un peu les objectifs du président de Waymo. L’ex-division Google Car expliquait vouloir itérer très rapidement dans le développement conjoint de matériel et logiciel pour ses véhicules autonomes. Tesla ne veut donc pas se faire larguer dans le domaine de plus en plus compétitif des véhicules autonomes.

À lire sur FrAndroid : Essai de la Tesla Model X : le SUV semi-autonome et familial ultime