Tesla prend un nouveau départ en matière de recharge, avec l’annonce d’une nouvelle stratégie pour son réseau de Superchargeurs.

Une nouvelle vision de la recharge

Jusqu’à présent, le client de Tesla typique rechargeait sa voiture électrique à domicile pour ses trajets quotidiens et recourait aux réseaux de Superchargeurs et de Recharge à destination lors de trajets longues distances. Cette vision correspondait bien aux acquéreurs de Model S et Model X, propriétaires de maisons individuelles, et qui se rendent dans de luxueux hôtels et restaurants équipés de « chargeurs à destination ».

Mais Tesla souhaite élargir sa cible, comme en témoigne la future Model 3, sa voiture électrique « de grande série ». Pour séduire cette population urbaine, qui n’a pas toujours la possibilité d’installer un chargeur à domicile, le constructeur change de stratégie.

Une future « station-service » Tesla

Un réseau Superchargeur semblable au réseau de stations-service

Le réseau Superchargeur ressemblera ainsi au réseau de stations essence.

Pour commencer, Tesla annonce qu’il doublera cette année la couverture de son réseau. Autrement dit, il déploiera en un an (presque) autant de Superchargeurs qu’il n’en a déployé en cinq. Concrètement, il passera courant 2017 de 5 000 à 10 000 Superchargeurs et de 9 000 à 15 000 connecteurs Recharge à destination.

De nombreux Superchargeurs ne seront pas installés le long des autoroutes, comme c’était le cas jusqu’à présent, mais en centre-ville. Le site internet spécialisé Electrek donne l’exemple de New York, qui accueillera cette année ses premiers Superchargeurs. Le nombre de ces chargeurs rapides sera aussi décuplé dans d’autres grandes villes américaines. Les clients de Tesla utiliseront ainsi leur voiture électrique comme les autres utilisent leur voiture thermique : ils feront le plein à la station.

Si ce n’est qu’un plein d’électricité dure environ une heure, et qu’un ravitaillement partiel moyen prend environ 20 min. Tesla accompagnera ainsi ses Superchargeurs de boutiques, à l’instar des stations-service conventionnelles, dans lesquelles les clients pourront faire une pause-café.

Enfin, ces stations pourront accueillir plusieurs dizaines de bornes, afin que les clients n’aient jamais à attendre, comme c’est le cas aujourd’hui dans certaines régions.

Que font les concurrents ?

À la différence des stations-service conventionnelles, les stations Tesla ne s’adressent qu’aux clients de la marque. Les autres constructeurs de véhicules électriques s’appuient quant à eux sur des réseaux tiers, mais comme le souligne Electrek, Tesla a bien fait de ne pas attendre qu’ils se développent : Chargepoint par exemple n’avait que 370 chargeurs rapides aux États-Unis en fin d’année dernière, Tesla en aura bientôt plus, rien qu’à Los Angeles.

Certains constructeurs déploient d’ailleurs leurs propres chargeurs, tel Volkswagen qui prévoit d’installer 240 chargeurs cette année aux États-Unis, mais c’est à comparer aux 380 dont Tesla dispose à ce jour. On ne peut néanmoins qu’espérer que les autres constructeurs déploieront rapidement un réseau interopérable, indispensable à la démocratisation de la voiture électrique.

Il ne restera plus qu’à résoudre la problématique de la production d’électricité propre…

À lire sur FrAndroid : Tesla Model 3 : le modèle de série dévoilé en juillet