La nouvelle Nissan Leaf proposera une fonction e-Pedal grâce à laquelle on conduira la voiture avec une seule pédale.

Le phare de la future Nissan Leaf

Nissan occupe le terrain en dévoilant progressivement quelques-unes des nouveautés de la nouvelle Leaf, future concurrente de la Tesla Model 3.

Le constructeur a précédemment dévoilé son phare, annoncé sa date de lancement et annoncé qu’elle serait équipée de « la technologie de conduite autonome Nissan ProPILOT ».

Nissan présente aujourd’hui le « pédalier intelligent e-Pedal », avec lequel il promet « une expérience de conduite inédite ». En activant la fonction à l’aide d’un commutateur à proximité du sélecteur de vitesse, on transforme effectivement la pédale d’accélérateur en « e-Pedal ».

Gérer son allure à l’accélérateur…

Dès lors, on peut conduire avec une seule pédale : on enfonce l’e-Pedal pour prendre de la vitesse, on la relève partiellement pour décélérer.

Jusque là, rien d’extraordinaire pour une voiture 100 % électrique, qui profite des décélérations pour récupérer de l’énergie, ce qui provoque un frein moteur puissant (mais la Nissan Leaf de première génération était réputée timide en la matière.)

… jusqu’à l’arrêt !

La nouveauté c’est que la nouvelle Nissan Leaf pourra décélérer ainsi jusqu’à l’arrêt complet. Puis la voiture se maintiendra en position tant qu’on n’actionnera pas la pédale, même en pente.

Avec les Tesla par exemple, j’apprécie énormément de gérer mon allure avec la seule pédale d’accélérateur, mais il faut malgré tout utiliser le frein pour s’arrêter. D’ailleurs, pour l’anecdote, relever l’accélérateur d’une Tesla entraine l’allumage des feux-stops, la décélération étant aussi forte qu’en actionnant le frein d’une voiture thermique. Ce sera certainement le cas aussi sur la Nissan Leaf de deuxième génération.

Nissan invite malgré tout les futurs conducteurs de Leaf à utiliser la pédale de frein pour des situations de freinage violent.

La conduite douce facile

Mais dans la quasi-totalité des situations de conduite, on n’aura plus besoin de passer d’une pédale à l’autre et de décaler son pied.

Ça n’a l’air de rien, mais en plus d’être un sacré gain de confort pour la jambe du conducteur, c’est aussi et surtout un gain de confort pour tous les passagers.

Les changements d’allure ne se font plus en plusieurs phases (accélération, changement de rapport, re-accélération, roue libre, rétrogradage, frein moteur, freinage), mais en une seule, avec des accélérations et décélérations fluides et progressives. Entre deux feux rouges, la vitesse dessine ainsi une jolie courbe parabolique, sans à-coup.

Pour une fois, l’argument marketing selon lequel « des choses simples peuvent tout changer » ne parait pas usurpé.

La Nissan Leaf de 2e génération sera équipée du pilote automatique Nissan ProPILOT

La nouvelle Nissan Leaf sera pour rappel présentée le 6 septembre, d’ici là le constructeur dévoilera probablement d’autres nouveautés.

À lire sur FrAndroid : Nissan prépare sa Tesla Model 3