Dyson transposera à la voiture électrique des technologies développées pour des aspirateurs et des ventilateurs.

L’inventeur britannique James Dyson, auquel on doit les fameux aspirateurs sans sac et les ventilateurs sans pales, a annoncé mardi que Dyson développe une voiture électrique.

Dyson a commencé à former une « équipe de choc » constituée de ses meilleurs ingénieurs ainsi que de personnes issues de l’industrie automobile. L’équipe compterait déjà 400 personnes, et l’entreprise annonce qu’elle continuera à recruter massivement. James Dyson s’est engagé à investir 2 milliards de livres (2,3 milliards d’euros) dans ce projet, dont 1 milliard rien que pour la batterie.

L’inventeur explique dans une lettre qu’une voiture électrique s’inscrit dans la continuité de l’entreprise. Dyson pense pouvoir transposer à l’automobile ses innovations en matière de moteurs numériques, de stockage d’énergie ou de dynamique des fluides, développées respectivement pour son sèche-cheveux Supersonic, ses aspirateurs sans fil ou ses ventilateurs.

La lettre vante aussi l’avant-gardisme de l’entreprise, qui a développé dès 1990 un filtre à particules pour moteurs diesel, constitué de « filtres cycloniques ». James Dyson exprime sa rancune envers les industriels de l’automobile qui estimaient qu’il serait trop compliqué de se débarrasser de la suie capturée. L’entreprise avait abandonné le projet et s’était engagé dans le développement de nouvelles technologies de batteries.