Waymo a mis en circulation des taxis 100% autonomes, sur route ouverte, sans conducteur de secours derrière le volant. Le français Navya devrait l’imiter dans quelques mois.

Waymo a officialisé le lancement de son service de taxi autonome. Après 8 années de développement, la filiale du groupe Alphabet, maison-mère de Google, a mis en circulation son véhicule autonome sur la voie publique, désormais sans personne à la place du conducteur.

Le service sera dans un premier temps limité à une zone de 250 kilomètres carrés de la zone urbaine de Phoenix, en Arizona, et à des volontaires participant à un programme Early Rider. Contrairement à des services de bus autonome existants, Waymo n’opère pas sur un site fermé et sur des itinéraires prédéfinis. Ses voitures peuvent charger et décharger des passagers n’importe où dans la zone.

On commande une course depuis son téléphone, en indiquant l’adresse de départ et l’adresse d’arrivée, comme on le ferait avec un service de VTC tel qu’Uber. Les passagers s’installent aux places arrière. Des écrans montrent ce que la voiture « voit » et ce qu’elle fait (« cède le passage à un piéton » par exemple).

Pourquoi Waymo fait ses débuts en Arizona

Le choix de l’Arizona n’est pas anodin. Waymo a choisi Phoenix pour deux raisons.

Premièrement, car les conditions climatiques et de circulation y sont optimales : il y fait presque toujours beau, les routes y sont larges et bien entretenues, et la circulation y est douce. La société précise néanmoins que ses voitures fonctionnent dès à présent sous une pluie légère, et qu’elle travaille à s’adapter à d’autres situations.

La filiale d’Alphabet s’y lance aussi et surtout, car l’Arizona mise sur son attractivité en matière de voiture autonome, c’est l’un des sinon l’état dont la législation est la plus souple en la matière. Contrairement à la Californie, l’état n’exige pas des sociétés qu’elles publient des rapports lorsqu’un accident survient ou qu’un conducteur de secours intervient.

Waymo prend de l’ampleur

En attendant un prochain lancement commercial, Waymo poursuivra ses expérimentations sur une zone plus grande que le Grand Londres (1 500 kilomètres carrés).

Le Français Navya est sur les rangs

Navya a présenté en parallèle l’Autonom Cab, qu’il présente comme « le 1er robot taxi 100% autonome ».

À la différence de l’Autonom Shuttle existant, le taxi pourra tout comme celui de Waymo circuler sur route ouverte. Mais contrairement à ce dernier, il s’agit d’un véhicule maison, dépourvu de volant et de pédales.

La société française, dont les minibus autonomes sont déjà en exploitation sur quelques sites fermés, annonce une mise en service au deuxième trimestre 2018.

À lire sur FrAndroid : Voitures autonomes : Alphabet (Google) ne fait pas confiance à l’humain en cas de danger