Le prix de l’abonnement pour les services online de la Nintendo Switch vient d’être révélé. Il sera moins cher que sur PlayStation 4 et Xbox One.

La sortie de la Nintendo Switch est prévue dans un mois et les informations à son sujet continuent d’affluer. Tatsumi Kimishima, président de Nintendo, s’est confié à Nikkei lors d’une interview, révélant ainsi quelques détails supplémentaires sur la prochaine console.

Un online payant

Il avait déjà été précisé que le multijoueur de la Nintendo Switch serait payant, à l’instar de ses concurrentes. Le prix de l’abonnement n’avait cependant pas été révélé. Tatsumi Kimishima annonce que le coût annuel sera compris entre 2000 et 3000 yens, soit entre 16 et 25 euros. Il affirme que cet abonnement payant « permettra [à Nintendo] de pleinement s’investir auprès de ses clients ». C’est évidemment là une manière de dire que les infrastructures pourront être de meilleure qualité afin que l’expérience de jeu en ligne soit plus agréable.

À titre de comparaison, un abonnement d’un an au PlayStation Plus coûte 5143 yens sur Amazon.jp, soit 42 euros environ, et un abonnement au Xbox Live Gold coûte 4980 yens (41 euros environ). Le prix du multijoueur sur Switch devrait donc coûter environ moitié moins que sur les consoles concurrentes.

Un service moins intéressant

Moins coûteux, certes, mais également moins fourni. Rappelons que les offres PlayStation Plus et Xbox Live Gold, en plus de permettre l’accès aux jeux en ligne, offrent à leurs abonnés des jeux gratuits tous les mois. Qu’ils soient AAA ou indie, tous sont propres à la console en question. La Nintendo Switch quant à elle ne propose comme contrepartie que des jeux « Classics » des vieilles consoles du constructeur.

Il est de bon ton pour Nintendo d’annoncer un prix léger pour ce service afin de faire retomber les ardeurs des joueurs qui ont vu passer le prix des cartes mémoires microSD officielles. Rappelons que la console se trouve désormais en dessous des 300 euros et sera disponible le 3 mars.

À lire sur FrAndroid : Nintendo Switch : pour le moment, la presse française et américaine n’est pas enthousiaste