Nikon revient à la charge après son compact S800c sous Android qui nous avait laissés sur notre faim. Son successeur, le S810c, vient se placer sur un marché de niche où Nikon est le seul fabricant : celui des compacts sous Android sans carte SIM. Nous l’avons pris en main pour vous livrer nos premières impressions.

DSC09989

Le Nikon S810C est le deuxième essai de l’entreprise japonaise dans le monde des appareils photos compacts sous Android. Nous avions testé son prédecesseur, le S800C et n’avions pas été convaincus par sa réactivité, son écran, la version d’Android (2.2) embarquée ainsi que son autonomie limitée. Nous allons effectuer un test plus complet du S810c dans les semaines qui viennent mais nous vous proposons aujourd’hui une rapide prise en main.

Le Nikon S810c est l’un des seuls appareils photo compacts sous Android (ici 4.2.2). Son concurrent le plus proche est Samsung avec sa Galaxy Camera. Mais Samsung a une vision différente : proposer des compacts 3G et 4G avec une version d’Android plus récente que Nikon et un design plus abouti. Les terminaux Samsung se négocient à des tarifs bien plus élevés : environ 400 euros quand le Nikon S810c devrait être commercialisé à 250 euros.

DSC09991

Le Nikon S810C est un appareil photo compact de 16 mégapixels doté d’un capteur CMOS rétroéclairé. L’objectif Nikkor est un zoom 4,5 – 54 mm (12x) équivalent 25-300 mm en 24 X 36 ; avec des ouvertures maxi de f/3.3 à 4.5 mm et f/6.3 à 54 mm. Par ailleurs, il est assisté par un zoom numérique 4x dont on évitera de se servir, le zoom optique se suffisant à lui-même. Le système de traitement de l’image est pris en charge par une puce EXPEED C2.

DSC09992

Cette fois-ci, on retrouve une version d’Android un peu plus récente : la 4.2.2. Dommage, pas de KitKat, mais c’est bien mieux que le prédécesseur sous Android 2.3, et plus proche des versions de l’OS présentes sur les smartphones actuels. C’est une version stock d’Android légèrement modifiée par Nikon. On retrouve le Google Play Store ainsi que les applications de base comme Chrome. Nous nous sommes amusés à ouvrir le site FrAndroid et ça fonctionne même si la puissance de l’appareil ne permet pas de profiter d’une bonne fluidité. À ce propos, le Nikon S810C embarque un seul cœur Cortex-A9 d’ARM avec un GPU PowerVR SGX 540 d’Imagination Technologies.

DSC09998

L’écran de 3,7 pouces affiche une définition de 480 x 854 pixels, soit une résolution correcte de 240 PPP, mais sans plus, pour afficher les photos. Une puce GPS est présente dans l’appareil afin de pouvoir géotaguer les clichés. Le Wi-Fi est également de la partie pour permettre de partager les photos directement sur Internet, voire de prendre le contrôle à distance du compact à avec un appareil sous Android ou iOS. Aucune version pour Windows Phone n’est prévue. Nous n’avons pas pu tester la fonctionnalité de prise de contrôle à distance car le logiciel Nikon n’était pas encore compatible avec le S810c qui ne sortira pas avant quelques jours. En revanche, la partie Wi-Fi est parfaitement fonctionnelle et nous a permis de nous envoyer les clichés via Gmail.

DSC00005

D’autres options de partage sont disponibles : Google Drive, Google+, Hangouts, Picasa ou encore toutes les applications tierces (on pense notamment à Instagram) qui ont la possibilité de réceptionner une image en provenance d’une autre application. Les utilisateurs du Nikon S810C se verront également offrir 20 Go d’espace de stockage dans le cloud du constructeur, le Nikon Image Space, dont l’application sera installée sur l’appareil photo pour envoyer directement les clichés sur cet espace en ligne.

DSC09979

La prise de vue est très simple. Tout est automatique et seuls les ISO peuvent être réglables de manière manuelle. L’appareil est assez rapide lors de la prise de vue et lorsqu’on se trouve dans les menus, il suffit de presser le déclencheur pour ouvrir l’application qui permet de prendre les photos. Il y a un petit délai mais l’appareil semble plus réactif que son prédécesseur, le S800c. L’appareil photo dispose d’une mémoire interne d’environ 1 Go pour le stockage. Une carte micro SD de 16 Go est fournie avec le Nikon pour une plus grande capacité de stockage.

DSC09983

Il est également possible d’appliquer des effets lors de la prise de vue comme du N&B, du Sépia ou un léger flou. Pratique pour appliquer ces effets à la volées, mais les puristes préfèreront prendre une photo brute et la retravailler par la suite, même avec des applications disponibles pour Android. La saturation et la teinte sont également modifiables lors de la prise de vue.

DSCN0100 DSCN0095

Les photos prises avec le Nikon S810c sont de bonne qualité et comparables aux autres compacts du marché aux alentours des 200 euros et équipés d’un capteur CMOS. Il faudra toutefois le soumettre à un test approfondi, et notamment en basse luminosité, pour se faire un avis définitif. Le zoom optique x12 permet de capturer des détails intéressants mais la mise au point semble un peu plus capricieuse avec ce mode. Il faut également noter qu’avec le zoom au maximum, il existe un temps de latence entre le moment où l’on bouge l’appareil et le moment où la manoeuvre est rendue à l’écran. Le flash est également de la partie pour obtenir des clichés un peu plus lumineux, mais qui risque de dénaturer les couleurs. Le mode macro à activer manuellement est appréciable et permet de prendre des clichés de vraiment très près.

DSCN0103

Le mode macro

DSCN0099

Le zoom optique x12

Un mode panoramique permet de réaliser un cliché panorama en déplaçant au fur et à mesure l’appareil photo. Notre essai n’a pas été concluant car la photo finale est floue. Il aurait surement fallu bouger moins rapidement l’appareil. Nous vérifierons ce point lors de notre test complet. Nous avons également utilisé rapidement la vidéo, en 1080p à 30 images / seconde.

DSCN0108

Le mode panoramique

Nikon a revu la copie du S800c et nous livre un S810c prometteur, qui ne joue dans une cour où les concurrents sont rares. Il faudra vérifier plus en détail sa réactivité au quotidien, sa compatibilité avec les applications pour Android et iOS ainsi que la qualité de ses clichés en basse luminosité pour se faire un avis définitif. Mais dans l’ensemble, il affiche le design d’un appareil photo compact standard, avec un prix à peine plus élevé que des appareils aux performances photo similaires, Android en plus.