La réalité virtuelle est présente au CES 2017 et Pimax frappe un grand coup en annonçant un casque avec des caractéristiques impressionnantes.

pimax4k

La réalité virtuelle est devenue un incontournable du CES. Après HTC avec son Vive, c’est au tour de Pimax de présenter ses plans pour l’année et force est de constater que la compagnie n’y est pas allée avec le dos de la cuillère.

L’année dernière, Pimax a été la première entreprise à dévoiler un casque de réalité virtuelle en définition 4K, lors du CES 2016 justement. Cette année, l’entreprise a dévoilé un casque avec une définition 4K… par œil. Vous avez bien lu. Quand le Vive de HTC et le Rift d’Oculus proposent 1080 × 1200 pixels par œil, le nouveau casque propose 3840 × 2160 par œil.

Pour mieux visualiser la différence, on peut dire que, sur le Vive, chaque œil dispose de 1,3 million de pixels. Le casque de Pimax, lui, dispose de 8,3 millions de pixels pour chacun d’eux. Le casque de Pimax est donc plus de 6 fois plus fin visuellement.

pimax4k2

Pimax en vient même à parler de « VR 8K », ce qui ne semble pas en accord avec le 8K UHD, qui demande une définition de 33 millions de pixels.

Un autre domaine sur lequel le Pimax 8K écrase ses concurrents : le champ de vision. L’homme dispose d’un champ de vision qui peut varier entre 188 et 220 degrés selon Wikipedia. Le Pimax offre un champ de vision de 200 degrés. À titre de comparaison, le Vive ne propose pour sa part que 110 degrés.

Est-ce vraiment utile ?

Devant ces caractéristiques inégalées, la question se pose : la réalité virtuelle a-t-elle besoin de tant de pixels ? Nous sommes tentés de répondre oui et non.

En effet, avec les casques comme le Vive, nous distinguons trop aisément les pixels, ce qui nuit à l’immersion. Un écran mieux défini devrait pouvoir résoudre ce problème, mais il en apporte d’autres. Les cartes graphiques actuelles ne permettent pas de faire tourner des jeux à 60 images par secondes en 7680 × 2160 pixels avec une qualité d’image décente.

Heureusement, ce problème peut être contourné grâce à des outils logiciels qui diminuent la qualité de l’image au fur et à mesure que l’on s’éloigne du centre de notre champ de vision.

Pour en revenir au casque de Pimax, s’il est louable de proposer une telle définition d’écran, il faut absolument que la configuration de l’ordinateur parvienne à suivre ou que des optimisations logicielles permettent d’économiser la puissance de calcul. La solution se trouve probablement dans l’eye-tracking, un domaine dans lequel Oculus a déjà investi.

À lire sur FrAndroid : CES 2017 : Toutes les annonces de réalité virtuelle du salon de Las Vegas