Magic Leap vient de dévoiler les lunettes Lightwear, après plusieurs années de recherche et développement, ainsi que des centaines de millions de dollars levés.

Magic Leap vient de révéler un casque de réalité mixte qui, selon eux, réinvente la façon dont nous allons interagir avec les ordinateurs et la réalité. Contrairement aux casques de réalité virtuelle, qui remplacent le monde réel par du virtuel, le casque de Magic Leap, appelé Lightwear, ressemble à des lunettes. C’est en quelque sorte une paire de lunettes spéciale. Elles sont attachées à un puissant ordinateur de poche, appelé Lightpack et peuvent injecter des éléments virtuels dans votre champ de vision du monde réel : des personnes, des robots, des vaisseaux spatiaux, n’importe quoi.

Magic Leap, la startup secrète

Magic Leap était une vieille blague pour les plus anciens et assidus d’entre nous : une startup qui a séduit Google, Tencent et Qualcomm, mais qui était surtout un mystère. L’entreprise a levé près de 1,9 milliard de dollars à ce jour, une somme impressionnante pour une entreprise sécrète : mis à part quelques vidéos de concept, elle n’avait pas montré un seul morceau de technologie publiquement jusqu’à aujourd’hui. Cela n’a pas empêché Magic Leap d’être évaluée à plus de 6 milliards de dollars. Derrière cette startup, Rony Abovitz, un ingénieur qui a aidé à concevoir les bras robotisés de Mako Surgical Corp. C’est la vente de cette entreprise, 1,65 milliard de dollars, qui a presque financé les quatre premières années de Magic Leap.

Rony Abovitz

Cette annonce est la première étape vers la sortie du casque en 2018. Cela permet surtout de comprendre pourquoi des mastodontes comme Google, Qualcomm et Tencent ont investi des centaines de millions de dollars dans Magic Leap, et pourquoi certains chercheurs pensent que ce produit pourrait être aussi important que la naissance d’Internet.

Qu’est-ce que Lightwear ?

Ce casque Lightwear n’est pas qu’une simple paire de lunettes avec un appareil photo dessus. Ce n’est pas des lunettes comme les Google Glass, toute la surface du verre des Lightwear est un écran. D’ailleurs, ces verres rectangulaires, petits et translucides, se nomment des gaufrettes photoniques. C’est la matière où se déplacent les photons dans la nanostructure 3D de manière à produire un signal de champ de lumière numérique directement dans les verres des lunettes.

Premier prototype des lunettes

Les lunettes seront disponibles en deux tailles, et le coussin frontal, les pièces au niveau du nez et les protections pour les tempes peuvent être personnalisés pour améliorer le confort et l’ajustement. Ils ont également prévu de concevoir des lentilles pour ceux qui portent des lunettes.

Le casque peut détecter le son autour de son utilisateur à l’aide de quatre microphones intégrés et utilise un processeur de vision informatique en temps réel ainsi que six caméras externes pour suivre le porteur et le monde dans lequel il se trouve, le tout en temps réel. De minuscules haut-parleurs intégrés aux branches de l’appareil fournissent un son spatial qui peut réagir à vos mouvements et au mouvement des objets avec lesquelles vous interagissez.

Pour le moment, Magic Leap refuse de communiquer sur les caractéristiques techniques de l’appareil, comme le CPU et le GPU, ni l’autonomie… ils souhaitent sûrement communiquer dessus dans un second temps peu avant la commercialisation du produit final. En tout cas, c’est un ordinateur autonome qui aurait la puissance d’un PC Alienware ou encore d’un MacBook Pro.

Lien YouTube S’abonner à FrAndroid

Évidemment, ces lunettes Lightwear sont une première version loin d’être aboutie. Son créateur, Rony Abovitz, évoque un champ de vision encore trop réduit pour lui… et les usages sont très limités à l’heure actuelle. Cela n’empêchera pas Magic Leap de les commercialiser en 2018.

Lien YouTube S’abonner à FrAndroid

Google a déjà tenté sa chance avec les Glass, Alphabet a fait renaître le projet, Microsoft a ses Hololens, tandis qu’il y a de fortes chances qu’Apple dévoile un produit similaire en 2018. Magic Leap pourrait réussir, l’entreprise s’est laissé le temps de concevoir un produit qui semble bien pensé. Attendons de l’essayer avant de crier au génie.