Les Français utilisent leurs smartphones pour téléphoner mais également (et surtout) pour prendre des photos, naviguer et consulter leurs courriers.

Capture d’écran 2013-07-12 à 11.45.19

Une étude assez complète et amusante de Surikat/Ifop* dévoile plusieurs éléments intéressants sur les habitudes des Français quant à l’usage des smartphones. A ce titre, on apprend que la majorité des mobinautes de l’Hexagone (53 %) ont un smartphone Android, alors que 27 % ont un iPhone et 5 % un smartphone sous Windows Phone.

L’étude a également constaté que les Français n’utilisaient (heureusement) pas leurs smartphones uniquement pour appeler et envoyer des messages. Ils sont tout de même 98 % à utiliser leur device pour prendre des photos, 95 % pour aller sur Internet et 92 % pour consulter leurs mails. A noter que 77 % parmi nous prennent des notes sur leurs smartphones et 84 % se géolocalisent grâce à leur appareil.

En termes d’applications, le document révèle que 57 % des mobinautes sous Android disposent de plus de 10 applications sur leur téléphone. Un chiffre qui contraste avec les 87 % d’utilisateurs de l’iPhone qui ont le même nombre d’applications.

Les Français, ces publiphobes…

Ces applications sont essentiellement tournées vers les services. En effet, l’étude démontre que 73 % des Français utilisent moins de cinq applications par jour dont la première du classement est celle relative à la consultations des mails (51 %). Vient ensuite la consultation de la météo pour 42 % des utilisateurs français de smartphones. Puis enfin les applications d’actualités, qui intéressent 33 % des Français.

Les mobinautes français semblent également être publiphobes puisqu’ils déclarent à 87 % être gênés par la publicité en ligne. A ce propos, ils sont à peine 33 % à avoir cliqué sur une publicité sur leur téléphone, dont près de la moitié déclare avoir cliqué par erreur. Il préconisent donc des petites bannières en bas de l’écran, n’occupant pas plus de 25 % de la dalle. Annonceurs, vous êtes prévenus !

* Etude réalisée sur un échantillon de 1003 personnes, représentatif des possesseurs de smartphones en France et âgés de 18 ans et plus. La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas (sexe, âge, profession de la personne interrogée) après stratification par région.